REFLEXION

LE DIRECTEUR DES RESSOURCES HALIEUTIQUES ET DE LA PECHE DE MOSTAGANEM A REFLEXION : ‘’Vers de nouvelles dispositions pour une meilleure gestion des pêches ‘’

Toujours dans le but de donner de la voix aux responsables des secteurs économiques et Commis de l’Etat pour parler des différents programmes relevant de leurs secteurs et ce, pour booster l’économie et le développement de la wilaya et pour ‘’connecter’’ le citoyen avec ces responsables, le journal Réflexion a jugé important d’interviewer les différents cadres de la wilaya . Après avoir entendu le DTP, place au directeur de la pêche:



Le directeur des ressources halieutiqueset de la pêche de Mostaganem, M. Rahmani Toufik que nous avons rencontré cette semaine nous a informés sur les nouvelles dispositions de son secteur qui aboutiront à une amélioration de la pêche à Mostaganem avec la mise sur pied d’une gestion plus performante avec des stratégies nouvelles pour une meilleure exploitation des ressources halieutiques.

Un investissement à taux d’intérêt zéro
Après nous avoir souhaité la bienvenue dans son bureau M. Rahamani, nous a informés sur les nouvelles dispositions retenues assez bénéfiques pour la gestion des ressources halieutiques et qui entrent dans le cadre d’un projet d’appui au secteur de la pêche et de l’aquaculture, en matière d’investissementpour développer d’avantage le secteur de la pêche et de l’aquaculture puisque l’Etat  accorde des crédits d’exploitation et d’investissements à taux d’intérêt zéro. A cet effet, l’Etat a mis en place un dispositif, pour l’aide aux armateurs de pêche et qui consiste à la prise en charge des taux d’intérêts aux crédits octroyés à ces derniers dans le cadre de leurs activités halieutiques et qui concerne, entre autres la réhabilitation de la coque du bateau qui dépasse les 20 ans d’ancienneté, la remotorisation des bateaux de pêche. Troisième point de l’activité, c’est l’acquisition du matériel de sécurité, une préoccupation de l’Etat qui accorde beaucoup d’intérêt à ce chapitre et qui rentre dans le cadre de la (sécurité humaine), l’assurance vie qui est prise en charge à hauteur de 80 % par l’Etat, la campagne de la sardine qui démarre à partir de juin et dont le crédit peut-être alloué au demandeur de crédit qui est exonéré du taux d’intérêt pris en charge par l’Etat. Bien sûr il Ya également l’Aquaculture qui est soutenue par un crédit d’exploitation. Pour ce qui est de ce volet relatif à l’investissement, le directeur a précisé que le mois de janvier de l’année en cours est réservé à l’information et la vulgarisation des professionnels du secteur, mais à partir du 6 février, c’est la réception des dossiers des personnes qui veulent bénéficier des crédits et ce en coordination avec la BADR.  

Pour une gestion durable et rationnelle des ressources halieutiques
D’autre part, pour un  principe d’une efficacité accrue vers une croissance des forces productives de la pêche pour de meilleurs moyens productifs, la direction de la pêche de Mostaganem a organisé des modes de gestion,  afin de diversifier les sources de croissance et de développement durable pour bâtir  une pêche et une aquaculture moderne, garantissant un meilleur développement et une performance dans le secteur de la pêche. Dans ce contexte, le directeur a rappelé que dans le secteur halieutique de Mostaganem, beaucoup de choses ont été organisées, parmi lesquelles, on peut citer entre autres, la formation des marins pêcheurs, la formation des mécaniciens, des patrons de pêche dans un cadre de recyclage. Il expliqua qu’une convention a été signée avec la direction de la santé dans le cadre de la médecine du travail afin de prendre en charge les marins pêcheurs dans le cadre de leur travail en matière ‘’ des examens médicaux, etc…, en ce sens un centre bien équipé a été réservé à cet effet etc… M. Rahmani nous informa également de l’aquaculture (élevage des poissons) au niveau de la wilaya de Mostaganem. Dans ce contexte, il déclara que son secteur recevra une dizaine de projets pour l’élevage de poisson, dont le loup de mer, la dorade, les moules au niveau de Stidia etc...
La sardine est chère à cause de l’offre et de la demande !
Pour en savoir plus sur l’instabilité des prix de la sardine et qui sont à la hausse ces derniers jours, nous avons posé la question à M. Rahmani, qui nous a apporté des explications en s’étalant sur ce sujet qui intéresse les consommateurs et en particulier les démunis. Notre interlocuteur a déclaré que la pêche est une activité qui se pratique au rythme des saisons d’où cette hausse des prix en hiver. Ce dernier, a mis l’accent sur le grand décalage entre l’offre et la demande qui est cette loi du marché, désignant chaque jour de pêche les prix à la vente des poissons commercialisés de prime à bord à travers la criée au plus offrant dans la halle à la marée aux grossistes du poisson. Notons que ces produits de mer sont ensuite écoulés aux marchés de détails un peu partout en Algérie aussi bien à l’intérieur qu’au sud du pays en raison de la forte demande exprimée par les citoyens, ce qui dépasse en principe l’offre. A propos de la production de la sardine, elle s’étale du mois de juin au mois d’octobre, Elle se  reproduit  en hiver et qu’on peut appeler période de repos, contrairement à l’été où elle devient abondante, ce qui explique la baisse des prix. Avant la sardine était pêchée uniquement par les sardiniers contrairement à aujourd’hui et très particulièrement en hiver elle est remontée à partir des profondeurs dans les filets des chalutiers avec les autres poissons. Nous avons demandé également si l’augmentation du gasoil influe sur les prix des poissons! M. Rahmani a répondu qu’il y a un dossier à l’étude concernant la détaxe du gasoil au niveau du gouvernement et qui est une revendication des pêcheurs. Pour en revenir aux statistiques de la pêche, en matière de la production halieutique de l’année 2015, elle se chiffre à 7000 tonnes tous produits de pêche confondus et qui est pêchée par les sardiniers et les chalutiers se détaillant comme suit : 1000 tonnes de poisson blanc, 5400 tonnes de poisson bleu et le reste concerne les autres poissons, dont les crustacés, les pièces etc…Le poisson bleu représente à lui seul 76 % de la production totale. Par rapport à l’année 2014, il a été enregistré une hausse de la production totale du poisson se traduisant par un tauxde l’ordre de 12 % représentant un chiffre enregistré grâce à la disponibilité de moyens modernes de pêche actuellement et l'impulsion soufflée par les autorités concernées.

 

Benyahia Adda
Dimanche 17 Janvier 2016 - 18:40
Lu 337 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+