REFLEXION

LE CREDIT CONCESSIONNEL EST UN ENDETTEMENT : Pourquoi des discours contradictoires ?

Nous avons entre le 06 septembre 2015 et le 02 novembre 2015 deux déclarations officielles (voir du Ministre des finances algérien concernant l’endettement. Ayant consulté des experts financiers de hauts niveaux, pour ne pas induire en erreur l’opinion publique, je donne les précisions suivantes.



1.-« L'Algérie n'a pas besoin de s'endetter de l'extérieur » (source APS 06 septembre 2015- 15h38) -Ministre des Finances
 « L’Algérie n’a pas besoin pour l’instant de recourir à de l’endettement extérieur (c’est-à-dire s’endetter auprès d’institutions ou de pays étrangers) pour faire face à ses engagements budgétaires.  L’Algérie  a besoin  de l’argent des Algériens, de ses ressources internes qu’elle veut intégrer  dans le circuit bancaire » -Abderrahmane Benkhlafa
2.-« L’Algérie fera appel au crédit concessionnel » :Forum -Radio nationale 02 novembre 2015- Ministre des Finances
« Concernant l’endettement extérieur, il  ne s’agit pas de l’endettement classique, mais du crédit concessionnel qui sera destiné à l’investissement. Autrement dit, c’est de l’Investissement direct étranger (IDE). C’est le retour aux méthodes alternatives de financement de nos projets »-Abderrahmane Benkhlafa
3.- Qu’est-ce que le crédit concessionnel ?
Le ministre des finances parle  de crédits concessionnels, terme technique  que ne connaissent pas les simples lecteurs qui sont  des prêts non assortis des conditions traditionnellement exigées par les banques commerciales et autres prêteurs à l'égard de l'emprunteur en matière de garanties. Contrairement à ses propos ce n'est pas de l’investissement direct étranger et qu'il consulte les dictionnaires financiers internationaux. Ces prêts offrent un certain nombre d'avantages à l'emprunteur au niveau soit des garanties soit des taux d'intérêt. L'une des conditions d'un tel prêt peut être un taux d'intérêt faible voire nul. En outre, dans certains cas, l'emprunteur peut bénéficier d'une exonération temporaire des remboursements. Autrement dit, ce sont des prêts qui comportent un élément « don ». Le problème qui se pose  est ce que l’Algérie pourra lever ces prêts à des intérêts bonifiés, accordés non par des banques commerciales mais par les institutions financières internationales, non pas par des banques commerciales,   souvent d’un faible montant, à la demande des Etats qui souvent connaissent des difficultés ?  Je précise au ministre qu’un crédit est un crédit et  il faudra toujours le rembourser avec des intérêts même faibles, sachant qu’au niveau international les taux directeurs bancaires  le 02 novembre 2015 sont les suivants : Taux directeur FED 0,25%, Taux directeur Banque d’Angleterre 0,50%, Taux directeur BEC 0,05% et Taux directeur Japon 0,10%. Ma position est connue : je ne suis pas  contre s’il est destiné non pas à accroitre les importations  mais à encourager l’investissement destiné à accroitre la valeur ajoutée interne, à condition qu’il permette  de rembourser le prêt initial  et les intérêts. Je rappelle que le 29 octobre 2015,  l'Inde vient d’offrir un crédit concessionnel de 10 milliards USD à l’Afrique, portant sur les cinq prochaines années, et a aussi octroyer une aide subventionnelle de 600 millions USD. Précisons au lecteur  la définition de la concessionnalité telle que définie par  le FMI,   la Banque mondiale   et l’OCDE  qui constitue  un endettement dont le risque varie selon que   le pays est  vulnérable ou pas.  Je cite les analyses des organismes internationaux. « Le degré de concessionnalité d’un prêt se mesure à partir de son «élément don». L’élément don est la différence entre la valeur nominale du prêt et la somme de la valeur actuelle des futurs paiements que devra effectuer l’emprunteur au titre du service de la dette, exprimée en pourcentage de la valeur nominale : ((Valeur nominale – valeur actuelle) / Valeur nominale) x 100
Si le taux d’intérêt du crédit est inférieur au taux d’actualisation, la valeur actuelle de la dette est inférieure à sa valeur nominale et la différence correspond à l’élément don (positif) du prêt. Le taux d’actualisation qui sert à calculer la valeur actuelle du prêt est une hypothèse fondamentale dans le calcul de l’élément don. Les taux d’actualisation dont se sert le FMI sont les «taux d’intérêt commerciaux de référence» (TICR) propres à chaque devise. Un pays qui accuse des vulnérabilités d’endettement relativement élevées devrait en effet adopter des exigences de concessionnalité plus rigoureuses. À l’inverse, si ces vulnérabilités sont relativement faibles, des exigences plus souples peuvent être considérées. Dans le même ordre d’idées, plus la capacité de gestion d’un pays est élevée, mieux il sera en mesure de gérer des exigences plus souples, mais aussi techniquement plus délicates, en matière de concessionnalité et de les mettre à profit » (fin de  la  citation).
4.-Il faut de la part de responsables  un discours de cohérence  si l’on veut attirer les investisseurs étrangers, rendre confiance aux investisseurs locaux et à la population algérienne inquiète de son devenir avec la chute du cours des hydrocarbures et le dérapage du dinar. Or je note une contradiction  entre la déclaration  de l’actuel  Ministre des finances en date du 06 septembre 2015  et celle faite le 02 novembre 2015, à peine deux mois d’intervalle.

 

Par le professeur Abderrahmane MEBTOUL
Mardi 3 Novembre 2015 - 17:03
Lu 1199 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+