REFLEXION

LE COUP DE GUEULE DU MARECHAL AL-SISSI : S’agit-il d’une campagne électorale ou d’une provocation ?

Réagissant, à l’information publiée dans la matinée d’hier par plusieurs quotidiens égyptiens attribuant une déclaration au Maréchal égyptien Al-Sissi, faisant état que ‘’l’armée égyptienne est plus forte que l’armée algérienne et qu’elle peut envahir l’Algérie en trois jours’’, le staff de campagne du candidat à la présidentielle égyptienne, le maréchal Al-Sissi, parle d’une intox et des propos déformés.



Il s’agirait selon certains observateurs d’erreur d’interprétation du ‘’dialecte arabe égyptien’’. La polémique enflamma rapidement les lecteurs algériens qui se saisirent de l’affaire, provoquant un tollé général et un levé de boucliers! Le sens de la phrase qu’aurait prononcé le dignitaire égyptien porterait sur le mot « entrer ». Le staff de campagne d’Abdel Fattah Al-Sissi a rapidement réagi, hier vendredi 2 mai, à ladite polémique suscitée par les propos prêtés par des journaux égyptiens à l’homme fort de l’Égypte.  En effet, dans un communiqué, le staff du candidat apporte une autre version. Selon cette dernière, Al-Sissi a évoqué l’Algérie  mercredi devant les membres de l’Instance de l’enseignement de son pays mais dans d’autres termes. « Durant la rencontre, le maréchal Al-Sissi a déclaré que l’armée égyptienne était prête en permanence à venir en aide à tout pays arabe frère dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. Le peuple algérien mérite tout notre respect et notre considération. Personne ne peut oublier sa position honorable durant la guerre d’octobre 1973. Il a aidé les forces armées égyptiennes (…) pour récupérer les terres et la dignité », affirma le communiqué. Cette nouvelle polémique entre les deux pays dits « frères », pose de nombreuses questions sur la scène nationale algérienne, notamment sur la visée et l’objectif de la déformation des propos du candidat à l’élection présidentielle égyptien, parmi ces interrogation l’on pourrait dire à qui profite ce « malentendu » qui aurait pu frôler l’incident diplomatique ? Ensuite pourquoi un membre de l’Instance égyptienne de l’enseignement a-t-il rapporté des propos totalement différents des authentiques ? Enfin, pourquoi dans la première version de la rencontré, publiée par la presse égyptienne arabophone, seul le passage sur l’Algérie a été contesté puis supprimé ? Autant de questionnements qui étonnent l’ensemble des algériens ayant lu et suivi cette « affaire » sur les sites électroniques des deux pays arabes. D’aucun avancèrent hier encore que le discours prononcé par le candidat égyptien avait pour but de faire monter sa cote de popularité et titiller ainsi le nationalisme du peuple égyptien surtout à l’occasion de la Fête du 1er Mai.

AS. Mohsen
Samedi 3 Mai 2014 - 11:08
Lu 641 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+