REFLEXION

LE CONTROLE JUDICIAIRE MAINTENU POUR LE P-DG DE SONATRACH : La Sonatrach refuse de se constituer partie civile

Alors que la chambre d'accusation a confirmé la mise sous contrôle judiciaire du PDG et de quatre hauts cadres de la société publique d'hydrocarbures Sonatrach, inculpés dans une affaire de corruption et crimes économiques ,Sonatrach , principale victime, ne se constitue pas partie civile.



LE CONTROLE JUDICIAIRE MAINTENU POUR LE P-DG DE SONATRACH : La Sonatrach refuse de se constituer partie civile
Cette décision, malgré l’immense clameur qui a entouré ces dernières affaires de corruption ne doit pas étonner outre mesure. Mais à travers cette démission, ou plutôt cette forfaiture, un indice se profile comme un nez au milieu de la figure. La Chambre d'accusation de la cour d'appel d'Alger "a confirmé (dimanche) la mise sous contrôle judiciaire du PDG de Sonatrach Mohamed Meziane, de son vice-président Chawki Rahal" chargé de la commercialisation et de trois autres prévenus a savoir Mustapha Hassani, directeur de la division forage, de Abdelaziz Abdelwahab, directeur des activités centrales et de M. Cheikh, cadre au niveau de la direction Amont exploration et production. Après le réquisitoire du procureur et les plaidoiries de la dizaine d’avocats de la défense, la chambre d’accusation a décidé de garder sous contrôle judiciaire cinq prévenus, rejetant ainsi la demande du procureur de mise sous mandat de dépôt et celle de mise en liberté provisoire introduite par la défense. Deux des sept accusés mis sous contrôle judiciaire ont bénéficié de la liberté provisoire. Il s’agirait du directeur «Région» et du vice-président chargé de l’activité transport par canalisations.Cette affaire, qui a éclaté au grand jour, il y a près de deux mois à la suite des investigations menées par les officiers du (DRS) et qui concerne des malversations dans les marchés avec deux sociétés : un groupement algéro-allemand de matériel de sécurité et de surveillance pour l’activité transport par canalisations (TRC) et une société italienne. Pour rappel deux autres accusés ont été placés sous mandat de dépôt, à savoir l’ex -P-DG du CPA et son fils.Le DRS a découvert des malversations dans l’octroi de marchés à deux bureaux d’études et de consulting et d’installation de surveillance dans le cadre de l’activité transport par canalisations, qui auraient réussi, grâce à leurs relations, notamment les enfants du P-DG, à bénéficier d’un statut de «privilégiés». Il est à indiquer, selon nos sources, que les mis en cause, qui ont octroyé des marchés de plusieurs milliards de dinars, ont perçu des commissions de 4,5 millions d’euros. Revenant au procès il est à signalé que les avocats des prévenus ont contestaient la décision de les garder sous contrôle judiciaire, notamment pour des raisons de santé dans le cas du pdg Mohamed Meziane, mais la chambre d'accusation ne leur a finalement pas donné raison.

Yacine
Lundi 15 Février 2010 - 23:01
Lu 822 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+