REFLEXION

LE 9 AVRIL 2009... UNE ANNEE DEJA : Le Président Bouteflika maintient le cap des réformes

Voila une année qui vient de s’écouler, pour le Président Abdelaziz Bouteflika au titre du troisième mandat, d’où le grand plébiscite du peuple algérien, pour cet homme qui a connu la traversée du désert, après la mort du président Houari Boumediene.



LE 9 AVRIL 2009... UNE ANNEE DEJA : Le Président Bouteflika maintient le cap des réformes
Son retour en 1999 allait, redonner un nouveau départ, au pays et dans un sens changer la donne politique, de par l’espoir susciter, en cet homme qui par ses capacités incarnait le changement, au niveau national qu’international. C’est dans un contexte difficile, qu’il a pris les rênes du pays et depuis a œuvré, à la paix et la réconciliation du peuple avec lui-même et réussit à éradiquer le terrorisme, qui avait failli faire basculer le pays, dans la guerre civile. En effet le président Abdelaziz Bouteflika, dés sa première investiture s’est attelé, à rétablir l’image de l’Algérie, sur le plan international. En homme de paix, il a engrangé un capital de courage et de respect, d’où la tenue des promesses faites au peuple, lors de sa première campagne en 1999. Depuis il a continué, cette œuvre gigantesque et courageuse, dans une Algérie submergée par le terrorisme aveugle et sanguinaire, réussissant là ou d’autres avaient échoué. Durant ses deux premiers mandats, Abdelaziz Bouteflika par son charisme , a fait que le pays s’est vu propulser devant la scène international dans un contexte particulier, de par l’isolement de l’Algérie durant la décennie noire. Ce correctif est tout à l’honneur du président de la république et du peuple, qui a sut faire preuve de patience et de confiance. Le dernier plébiscite de ce troisième mandat est un fait, des résultats d’une gestion du pays plus ouverte, marquant de son emprunt, la vie économie et sociale du pays et ce à tous les niveaux. Les chiffres du dernier scrutin, ne peuvent que confirmer, le changement opérés depuis son investiture en 1999, d’où la victoire écrasante, au troisième mandat et dans une campagne, ou la participation, a été marquée, par des représentants de plusieurs partis, à savoir : Le PT, le mouvement El Islah, le AHD 54 et la candidature de M. Mohamed Said comme candidat indépendant. Il y a lieu de reconnaître, que l’homme, a pris sur lui de remettre le pays sur les rails, à l’échelle mondiale, par le rôle joué dans les lourds dossiers et ce, par la participation effective de l’Algérie, dans le concert des nations, tels que : le développement économique régional et international, que ce soit à travers l’initiative du Nepad  (nouvelle initiative de développement pour l’Afrique), les  différents Forums de développement, les rencontres sur l’environnement, le dialogue politique en Méditerranée. Si bien que l’Algérie est devenue une sorte de partenaire de premier plan, dans la gestion des relations internationales et surtout consultée de par son expérience, sur la lutte contre le terrorisme. Sur le plan économique, force est de reconnaître la pertinence de la politique d’anticipation et la gestion  prudente des ressources financières qui ont abouti, outre la reconstitution des avoirs externes de l’Algérie et le règlement définitif du problème de l’endettement. L’Algérie, d’un autre côté, grâce à des programmes de relance économique importants, dont celui qui sera mis en place, pour 2010-2014 et évalué, à plus de 140 milliards de dollars. Le programme mis en place, met en lumière, les efforts du président de la république, pour sortir le pays de la crise du logement, facteur essentiel de stabilisation et d’amélioration du cadre de vie du citoyen, avec un million d’unités, sans oublier les unités de dessalement, de barrages et le projet de l’autoroute Est Ouest, et bientôt  le métro  et le tramway. Les engagements du Président, vont au de la, vu les grands chantiers, qui se poursuivent pour  résorber le retard accusé par les secteurs de l’eau, de l’éducation, de la santé, la lutte contre le chômage, la prise en charge des retraités et des étudiants. Dans ce sillage, le président de la république, s’est aussi engagé, de prendre en charge les catégories sociales fragiles, ainsi promouvoir les droits de l’enfant et surtout ceux de la femme. A l’effet d’une année déjà consommé, le chef de l’état n’en continue pas moins de cibler toutes les actions prioritaires, afin de concrétiser les programmes inscrits, et mettre en diapason le pays aux autre nations dites modernes. Ce troisième mandat, est aussi le signal fort du chef l’état, qui s’est engagé dans une autre bataille, celle de l’éradication de la corruption et de la bureaucratie.

. .
Samedi 10 Avril 2010 - 09:30
Lu 272 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+