REFLEXION

LE 60EME ANNIVERSAIRE DE LA REVOLUTION PASSE SOUS TABLE !? : Quand la presse zappe le 1er novembre ?

Plusieurs titres de presse n’ont pas jugé utile de s’associer au citoyen pour commémorer le 60ème anniversaire de la révolution de novembre 1954. Malgré qu’ils soient dépendants de l’argent de l’Etat, ils n’ont pas consacré un espace important pour glorifier cette journée de vaillance. Une ‘’esquive’’ qui n'est apparemment pas du goût de tout le monde.



En effet, à l’exception  du journal ‘’Réflexion’’ qui a consacré ses 24 pages pour le devoir de mémoire, presque aucun autre journal n’a daigné faire de même et ce, pour entretenir le souvenir des souffrances subies dans le passépar le peuple algérien. La veille de cet important évènement rien ne présager dans les pages de ces journaux qu’on sera face à une importante date, celle du 1er novembre qui représente la date fatidique que le peuple algérien a décidée pour prendre ses destinées en main. Malheureusement, des éminents journaux n’ont pas suivi et se sont contentés par ce qui se passe au Burkina-Faso emboitant le pas aux médias français, qui, la situation au Burkina les intéresse le plus, vu le passé colonial de la France dans ce pays. Ces titres de presse, qui vivent sous perfusion de publicité institutionnelle offerte par l’Etat, ont affiché une indifférence ‘’immorale’’ à la douleur qu’a subie le peuple algérien pendant 132 ans de colonialisme et aussi, vis-à-vis de l’évènement  du 60ème anniversaire. Alors que l’aide de l’Etat offertes  à ces titres sous forme de placards publicitaires  pour soi-disant les inciter à travailler plus et donner plus d’efforts pour mettre l’opinion publique au courant de tout ce qui se passe autour d’elle. Toute cette manne, mise à leur disposition, n’a pas fait réagir les directeurs de publication de ces journaux dont certains ‘’attaquent’’ vulgairement, sur  les plateaux télé, les réalisations de l’Etat en matière de développement ou de droits de Homme. Qui se cache derrière ces personnes qui ‘’font dos’’ aux événements du déclenchement de la révolution ?  Ces  rédacteurs qui parlent beaucoup des droits de l’Homme et de la liberté de la presse sont-ils libres quand ils zappent ’’un jour mémorial’’ pour le peuple algérien malgré  qu’ils soient payés pour l’immortaliser.  Ces  titres qui se croient ‘’la grande vitrine’’ de la presse libre et les détenteurs de la vérité, ont menti  à leurs lecteurs  en ce 1er novembre, et continuent  encore de ‘’bloquer’’ tout changements dans le domaine en  critiquant le ministre de la Communication qui veut faire le ménage et assainir le métier des ‘’politiciens ’’ ; des entrepreneurs ‘’rentiers’’ qui n’ont rien à voir avec le métier de la communication.

Charef Slamani
Samedi 1 Novembre 2014 - 16:38
Lu 198 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+