REFLEXION

LE 20 AOÛT 1955: Hommage aux martyrs qui ont marqué l’histoire de Mostaganem

Le 20 août 1955, dont le 57e anniversaire coïncide avec le cinquantenaire de l’Indépendance.50 ans après l’indépendance, des aspects de l’histoire de notre révolution sont occultés et méconnus. Faire connaître l’histoire en lui conférant sa juste valeur, sera la meilleure réponse.



LE 20 AOÛT 1955: Hommage aux martyrs qui ont marqué l’histoire de Mostaganem
Les gens, veulent connaître le passé de certains martyrs qui se sont sacrifiés, pour la liberté et l’indépendance de l’Algérie et cherchent à remonter aux origines de ce passé bouleversant et très important à leurs yeux. Le devoir de chaque citoyen algérien digne de ce nom de  les évoquer en toute occasion, afin de ne pas les oublier, car se les remémorer nous permet de nous rappeler de leurs noms. Aussi est-il temps de  revenir à ces hommes, parce qu’ils le méritent et dont les annales ont omis alors que leur parcours est des plus édifiants, pour aller sur  leurs traces et s’inscrire dans la mémoire collective pour éviter qu’on les oublie. Des noms célèbres nous reviennent à l’esprit, pour se rappeler Ould Aissa Belkacem, Benyahia Belkacem, Benayed Bendehiba, Bordji Amar, Houcine Hamadou , Zerrouki Cheikh Ibn Eddine, Moulay Cherif et tant d’autres.
 
Des noms qui ont marqué l’histoire de Mostaganem
 
Bencheikh Abdelkader, dit Kadi Bezaouch  est né le 04 juillet 1927 à Mostaganem, issu d’une famille modeste et honorable, il est le fils de Bencheikh Belkacem. Le Chahid Kadi Bencheikh a passé sa jeunesse et vécu à  Tigditt. Benzohra Ghali est né le 18 mai 1931 à Mostaganem fils de Djilali et Rezgui Kheira, il vécu dans un environnement familial des plus modestes, à Tijditt,  Un homme courageux et intelligent. Abdallaoui Abed né le 16 novembre 1931 à 30 mètres  de la grand place centrale de Tigditt (Souika El Fougania) à Mostaganem. Touil Mohamed, natif de Kheir Eddine (ex-Tounin) est né le 28.11.1938, issu de la fraction des « chourfa,  Le jeune Touil Mohamed âgé à peine de 23 ans a préféré sacrifier sa jeunesse et sa vie pour une cause des plus nobles. Benyahia Belkacem, est né le 11 janvier 1924 à Mostaganem, qui est arrivé à se hisser dans le rang des grands devenant ainsi le symbole de toute une région qui peut être fière de lui et a été élevé au sein d’une famille nationaliste. Boumedienne Mohamed, dit Si Kheir Eddine est né en 1922 à Douar Ouled Sidi Bouzid Ain El Kitar commune de Sidi Khattab et fils d’Abdelkader et de Kheira Gouaiche, on dit de lui pour ceux qui l’ont connu que c’était une personne très intelligente et très sage. Borji amar, comme l’a si bien décrit l’un de ses compagnons de lutte, c’est tout un pan de vérité qui devrait souscrire à certaines vérités, pour que les générations sachent. Ce martyr qui est l’un des premiers dans l’action du 1er novembre 1954, n’est pas qu’un simple individu, mais une sommité de par sa bravoure lors du déclenchement de la lutte de libération nationale. Aujourd’hui son histoire nous prend par la main pour nous guider sur les traces de celui qui nous a précédés dans la mort car nous mourrons tous un jour. Benabdelmalek Ramdane,  1 er chahid de la révolution algérienne, à l’occasion de sa mort et qui est devenu l’une des plus grandes figures emblématiques de la région.   Il fut tué au combat le 4 novembre 1954 près de Sidi Ali au cours d'un accrochage entre son groupe et les forces d'occupation. Il fut ainsi le premier chef militaire de la Révolution  qui est tombé au champ d'honneur. Son nom fut donné à la commune sur le sol de laquelle il tomba au champ d'honneur,  Ouillis aujourd’hui Benabdelmalek Ramdane. Ce 4 novembre 2011 est une journée de commémoration et de recueillement, pour toute la région du Dahra.
 
Les douars  Hadjadj et  EL Hachem : Le berceau de la révolution
 
Hadjadj, de Jeanson ou les caves de la Mort ,Comment oublier une telle époque, et comment oublier les horreurs, les tortures, l’exploitation et l’arbitraire de ceux qui étaient venus spolier l’algérien de sa terre faisant de lui un esclave ? Les survivants de la localité de Hadjdj « Ex Bosquet » se souviennent surement cinquante ans après, de ces pieds noirs qui ont été des maîtres dans une région où l’on devait suer pour gagner sa maigre pitance. Douar d’EL Hachem ,est un haut lieu de mémoire et de recueillement, pour avoir été au centre de la nébuleuse historique du Dahra, il incarne une page d’histoire des plus riches de par le rôle majeur qu’il aura joué durant la révolution, devenant le plus important centre de coordination et de transit de la région et ce dès le déclenchement du 1er novembre 1954. Quand on parle de Hachem, c’est tout un historique, qui se met en place de par la mémoire de ce lieu et des hommes qui ont été les artisans d’un pan de l’histoire de la région de Mostaganem, mais malheureusement qui a tendance à s’estomper, voire jeter aux oubliettes. La Révolution se renforçait et les événements se sont accélérés après le 20 août : la situation en Algérie est inscrite à l’ordre du jour des travaux de l’assemblée générale de l’Onu le 30 septembre 1955 à la demande de 15 pays sur les 29 qui avaient participé à la conférence de Bandoeng. L’offensive du Nord-Constantinois a enfin poussé la France coloniale à quitter le Maroc (indépendant le 3 mars 1956) et la Tunisie (indépendance le 20 mars de la même année) dans le but de jeter toutes ses forces militaires et politiques dans une dernière tentative de garder ? L’Algérie française». Le 20 août 1955 n’a pas manqué de poser de nouveaux défis et non des moindres à la Révolution. Les jeunes qui sont appelés à s’unir au service du pays avaient joué un grand rôle durant la guerre de libération, affirmant qu’« ils auront le même rôle durant toutes les étapes à venir dans la vie du pays. Il est temps maintenant de déléguer la responsabilité aux jeunes et de leur faire confiance, d’autant plus qu’ils représentent 70% de la société.

B.Benhamou
Lundi 20 Août 2012 - 21:17
Lu 1095 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par kahloul belkacem le 22/08/2012 07:16
voila sa me fait mal de cite quelques moudjahidines qui ont marque l 'HISTOIRE de mostaganem, il ya des grands moudhahidines quand ne parlents meme pas d eux a mostaganem ? citant le cas d ,un grand moudjahed yekhlef charef dit abdeldjabar ain boudinar on ne parle meme pas a lui dans les grand evenement ou peut etre qui habite dans un petit village? LAH YAR HAMEH. PARLE UN PEU DE LUI DANS LA PRESSE ET FAITE UN REPORTAGE DE LUI A AIN BOUDINAR ( sidi cherif) il existe ses freres sa femme et à laissé un fille unique )

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+