REFLEXION

LARDJEM (TISSEMSILT) : La pauvreté et l’anarchie ‘’hantent’’ le douar Maamria

Que faut-il faire pour que les responsables s’aperçoivent que le douar de Maamria qui n’est qu’à quelque 7 kilomètre du chef-lieu de la daïra de Lardjem dans la wilaya de Tissemsilt est dans une situation d’oubli sans précédent et que ses habitants souffrent énormément du manque de la majorité des commodités, ce visage du douar est resté tel que le changement n’apparait en rien.



Pire encore, les habitants affirment que la situation s’est dégradée davantage depuis quelques années, des images désolantes se montrent à la vue des décharges sauvages, des sachets en plastique éparpillés un peu partout à cela s’ajoute la dégradation complète de l’ancienne route  qui relie ce douar à la civilisation sur un tronçon de trois kilomètres arrivant à l’intersection de la RN 19. Il y a quelque temps l’accès au douar était relativement carrossable mais de nos jours, l’accès notamment en période de pluie est très difficile, la seule route qui reliait le douar s’est complètement dégradée, sentant l’oubli et le désintérêt, ses habitants n’ont pas fini de se débattre dans de multiples problèmes qui hypothèquent le développement et l’épanouissement de leur douar. Une situation des plus intenables que vivent ces habitants depuis longtemps. ils disent qu’ils se sont adressés aux autorités locales à travers des dizaines de pétitions dans lesquelles, ils réclament leur part dans le développement à l’image d’autres douars, mais il semblerait disent-ils que leurs préoccupations sont les dernières de leurs soucis, le manque de commodités à l’exemple de la route, le gaz de ville et le transport scolaire sont des désagréments qui se montrent comme le lot quotidien des occupants des lieux, où s’entasse une population très pauvre dont une partie songe déjà à déserter cette localité, les habitants affirment « aucun responsable ne s’est inquiété de notre sort, nous nous sommes retrouvés complètement isolés du monde par ces commodités qui font encore défaut et ce développement qui tarde à se réaliser, l’urgence du temps nous pousse à sonner l’alarme afin que les responsables se penchent sérieusement sur le cas de notre douar. A rappeler enfin que les concernés interpellent particulièrement les autorités locales à leur tête Monsieur le wali et le chef de la daïra de Lardjem en urgence pour une intervention efficace qui permettra d’alléger les souffrances des habitants et garantir le minimum des commodités pour une vie respectable.

A.Ould El Hadri
Mardi 2 Août 2016 - 16:31
Lu 168 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+