REFLEXION

LANCEE EN 2006 POUR UN COUT DE 10 MILLIARDS D'EUROS : Les affres de la première autoroute Est-Ouest

Lancée en 2006 pour un coût de 10 milliards d'euros, l'autoroute qui s'étend sur 1 200 km entre l'est et l'ouest de l'Algérie devrait permettre le désengorgement du Nord surpeuplé et le développement des villes de l'intérieur.



Le tracé relie El Tarf (extrême Est) à Tlemcen , en passant par Alger, Constantine (Est), Oran (Ouest). Les autres villes du littoral comme Jijel (360 km à l'est d'Alger), que le gouvernement veut à tout prix industrialiser, et des hauts plateaux seront reliés à cette autoroute, la première du pays, par des bretelles. Le gouvernement compte lancer la réalisation d'une deuxième autoroute, dite « des Hauts Plateaux », aux portes du Sahara, entre Tébessa (extrême Est) et Tlemcen (extrême Ouest) sur 1 300 km. « Les études sont presque achevées et les travaux seront lancés en 2014 », selon un responsable au ministère des Travaux publics. Deux autres rocades autoroutières sont prévues entre Tipaza et Tizi Ouzou (125 km) et entre Khemis Miliana et Bordj Bou Arreridj (400 km). Au total, l'Algérie a budgété 31 milliards d'euros pour les travaux publics entre 2010 et 2014.
Une grave crise du foncier urbain et industriel
Ces autoroutes illustrent la politique algérienne d'aménagement du territoire visant à créer de nouvelles villes dans la périphérie de la capitale et autour des grandes villes comme Oran et Constantine, au moment où le pays est confronté à une grave crise du foncier urbain et industriel. Toutefois, l'autoroute Est-Ouest, qui devait être achevée en 2010, enregistre plus de trois ans de retard et d'importants surcoûts. Si les tronçons attribués au groupement chinois Citic-CRCC ont été terminés, le tronçon oriental (400 km), confié au groupement japonais Cojaal est toujours en chantier, en raison de problèmes techniques et de non-paiement du contrat. Déjà en 2010, le projet avait été affecté par un scandale : les Chinois avaient versé des pots-de-vin à des intermédiaires algériens pour obtenir le paiement des travaux réalisés. À ce scandale se sont ajoutés des travaux d'une qualité médiocre, sur le plan tant technique que conceptuel : plusieurs aires de repos et de station-service qui ont été prévues le long des autoroutes... n'ont pas encore vu le jour..!

Ismain
Samedi 10 Août 2013 - 11:52
Lu 386 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+