REFLEXION

LA VOIRIE PEINE A RETROUVER SES MARQUES A ORAN : Un bon nombre de chaussées sont impraticables

«Tout intervenant sur la chaussée est tenu par l’obligation de la remettre en bon état». Ceci est une clause imposée par la commune d’Oran et dont la négligence suscite chaque jour que Dieu fait la grogne des automobilistes.



Les tranchées à tous bouts de rues, c’est ce dont pâtissent les automobilistes, sans que les responsables de la cité ne s’en soucient. «Il y a des tranchées qui sont de plus en plus profondes, et si par malheur on ne connaît pas la route, on risque  sérieusement d’endommager son véhicule», dira un habitant du secteur urbain El Othmania. A travers ce secteur, c’est carrément «une carte géographique qui est dessinée sur les routes», selon un autre habitant de ce quartier qui ajoute : «Pas moyen d’éviter ces tranchées, elles sont partout et ce qu’on pensait question de quelques jours dure depuis des mois. Où sont les responsables d’Oran». Cette situation n’est pas propre au secteur urbain El Othmania, à travers d’autres secteurs, à l’exemple d’ El Mokrani, El Makarri, El Hamri, El Badr et bien d’autres, c’est pareil, et c’est la même colère qui ronge les automobilistes. «Et dire qu’on est obligé de payer la vignette automobile, un impôt censé nous garantir une route praticable, on ne demande pas la perfection», lancera un automobiliste qui ajoutera : «Il faudrait qu’on fabrique des véhicules spéciaux pour l’Algérie, en sus des tranchées et nid-de-poule, il y a les dos-d’âne». Du côté de la commune, on parle encore de milliards consacrés à la réfection de la chaussée, sauf que l’impact de la consommation de ces milliards cabosse les véhicules des citoyens au lieu de leur garantir une chaussée «praticable».               

Medjadji H.
Vendredi 13 Décembre 2013 - 16:50
Lu 160 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+