REFLEXION

LA VENTE DE VIANDE AUX MARCHES SOUS TOUTES SES FORMES A TISSEMSILT : Des conditions lamentables et absence de contrôle

En dépit de toutes les lois et dispositions mises en branle pour lutter contre les hausses des prix injustifiées et injustifiables et contre le commerce informel, particulièrement la vente des viandes aux marchés publics et notamment en ce mois du Ramadhan, certains semblants de commerçants notamment ceux installés au niveau du marché de Souk H’lima au chef-lieu de la wilaya, à Khemisti, à Lardjem ou encore à Bordj Bounaama etc. continuent de faire la loi à leur manière.



En effet, profitant dans la plupart des temps de l’absence des services de contrôle, des semblants de bouchers dans une course déloyale à l'accroissement des rentes étalent de multiples variétés de viande rouge sans prendre au sérieux  les conditions de conservation et de présentation ne se souciant guère de la santé des consommateurs, l’estampage et le certificat de bonne santé de la viande et la validité de ce certificat ne sont que des futilités. Ces commerçants continuent de faire la loi à leur manière, les tournées que nous avions effectuées au niveau de Souk H’lima, du marché de Khemisti et du marché hebdomadaire de Bordj Bounaama au nord de Tissemsilt démontrent que malheureusement ces marchés sont très loin des normes et la vente particulièrement des viandes se fait de la mauvaise manière bien sûr, ces tournées nous ont laissé perplexes devant l’absence de contrôle. Des vendeurs de viandes de tous bords s’entremêlent dans un brouhaha indescriptible, l’endroit importe peu l’essentiel est de pouvoir vendre sa marchandise qui est d’une qualité modique où dans le meilleur des cas tout juste moyenne le certificat d’abattage et celui de la bonne santé ne sont que des futilités précisément à l’intérieur de ces endroits, mais le plus contrevenant dans tous cela sont ces prix qui n’ont aucun rapport avec les prix pratiqués dans les boucheries, des réductions qui attirent surtout les petites bourses et autres insoucieux de leur santé et encore, il faut voir la qualité de cette viande communément appelée El F’rissa. Une situation qui n’a certainement pas arranger les affaires des bouchers et d’autres qui disent que cette concurrence déloyale leur avait causé énormément de désagréments et dans pareilles circonstances, l’intervention des contrôleurs des prix et de la qualité est plus qu’urgente pour faire appliquer rigoureusement les lois en vigueur dans ces marchés qui semblent échapper jusque-là de toute opération de contrôle.

A. Ould El Hadri
Lundi 6 Juin 2016 - 15:53
Lu 210 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+