REFLEXION

LA TELEVISION MAROCAINE ET LE DEFILE DES TRAITRES : Pour quelques dirhams de plus, les marionnettes défilent



LA TELEVISION MAROCAINE ET LE DEFILE DES TRAITRES : Pour quelques dirhams de plus, les marionnettes défilent
La télévision Marocaine, a bien fait régaler les téléspectateurs arabes, d’un défilé de traîtres, tous anciens bergers, gardiens de nuit, agents d’entretien, veilleurs de camp et agent de nettoiement, qui comme par hasard indiqués au pays de sa Majesté comme d’anciens dirigeants du Polisario. Ces émissions sont bien digne d’un film Spaghetti ‘’Pour quelque dirham de plus’’.Effectivement nous vivons bien ‘’le temps des traîtres et non pas le temps des léopards’’ nous dira un haut responsable du Polisario à Alger, qui est stupéfait de cette ingérence Marocaine dans les affaires internes de la République Sahraoui. Et qui ajoute que les services Marocains ont de tous temps, tentaient de côtoyer des Sahraoui en Europe, on leur proposant des mallettes de dollars pour relier le Maroc et parler en tant que dirigeants Sahraoui, depuis la traîtrise de Brahim El Hakim, qui se trouve aujourd’hui dans des conditions déplorables. Un traître demeure un traître pour toute sa vie, maudit par tous les Etats du monde.C’est de cette’’ mauvaise stratégie politique’’ dont parlent les proches conseillers de sa Majesté, le jeune Roi, qu’il s’agit encore une fois maintenant. Elle résume bien l’espoir perdu des trabendistes de la politique Marocaine, quant à la réouverture de la frontière Ouest de l’Algérie..Le plus étonnant est que cette nouvelle politique a ses lièvres et ses relais, qui hypocritement ou par aveuglement caractérisé, fait de la fermeture de la frontière le seul nœud de la crise et accuse l’Algérie de n’avoir pas ouvert cette frontière devant les grands trafiquants de drogue, les clients résiduels qui venaient en fourgons se ravitailler auprès de la culture des terres des grands barons du Royaume..Tout au long de ces dernières années, le Maroc a institué, à la faveur, d’un processus dit ‘’Autonomie’’, une politique dictatoriale, dont le seul objectif est de caractériser l’occupation ou le colonialisme du Sahara. Surtout la nostalgie de certains responsables Marocains au retour à un âge d’or d’une classe de dirigeants désormais broyés par ses propres échecs et incapable de saisir la dynamique de changement pour le progrès du peuple Marocain qui vit misérablement.Il n’en est rien bien sûr. Le Maroc a connu depuis l’élection du parti au pouvoir une opération politique où malheureusement considérée comme un quitus et non pas un objet de réflexion, une inertie inquiétante. Le peuple Marocain souffre du chômage, la jeunesse livrée à la drogue et les beuveries dans le pays de l’émir des croyants, ces croyants eux même ont souffre. Le mal vie frappe en plein fouet le gros du budget est réservé à la région de Lyoune pour l’achat du silence des pauvres Sahraoui détenus dans cette ville. Donc, il fallait orienter l’opinion national et internationale sur le cas d’un petit policier Sahraoui qui a joué le jeu des Moukhabarat El Malakia dans un film ‘’Pour quelque dirham promet ‘’ Malheureusement le tournage du film s’est arrêté à Mhiriz, ce n’était pas du tout ce qui était écrit dans le Scénario.. Le réalisateur s’attendait à ce que le traître soit arrêté à Tindouf, où devraient se trouver deux autres acteurs marocains qui jouaient le rôle de ‘’journalistes’’.

Ibn Khaldoun
Dimanche 26 Septembre 2010 - 00:01
Lu 696 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+