REFLEXION

LA SANTE MENTALE EN CONCLAVE A L’INSP : Un vaste plaidoyer en faveur des troubles concomitants



LA SANTE MENTALE EN CONCLAVE A L’INSP : Un vaste plaidoyer  en faveur des troubles concomitants
La santé mentale et physique a été engagée depuis 2006 par l’OMC. Cette dernière définit d’ailleurs la santé comme un bien être physique, mental et social complet et non pas uniquement comme l’absence de maladie ou d’infirmité. En Algérie, un vaste travail de promotion de la santé a été mis en œuvre par un dispositif comprenant la réorganisation des soins, la révision de la législation sur la santé mentale, la réhabilitation des malades mentaux ainsi que la communication sociale. Cependant, les professeurs présents au conclave organisé avant-hier, à l’institut national de santé publique(INSP) d’Oran, demeurent unanimes et attestent que le problème de la santé mentale nationale, résident plutôt dans la non application de toutes les démarches avancées par le ministère. Pour appuyer les dires, le professeur Mohammed Abdelfateh Bakiri, exerçant à l’hôpital psychiatrique de Sidi Chahmi, a mis en exergue, les conditions d’hospitalisation des malades. Pour lui, cette rencontre est devenue »presque un rituel annuel qui fait appel à des théories qui n’ont aucun impact concret sur la réalité de la santé mentale dans notre pays ». Cependant, dans son intervention, le directeur de la santé, M.Guessab Abdelkader, a mis en relief le rapport extrait existant entre la santé mentale et la santé physique et le bien être. Tout en soutenant les actions entamées par son département visant à sensibiliser le grand public et la concomitance des deux catégories d’intervention. Quant au professeur Berrebeh du CHU, il a mis l’accent sur les contraintes et les insuffisances qui règnent dans son secteur pour une éventuelle réflexion sur la politique de la santé mentale en matière d’approvisionnement en médicaments, de développement de ressources humaines et de soutenir la recherche dans ce domaine. A ce propos, le directeur de la santé publique a assuré que dans les perspectives de son programme il prévoit l’amélioration des conditions de vie dans le pavillon 35 de la psychiatrie de l’hôpital Dr Benzedjeb d’Oran et celui de Sidi Chahmi. La révision nomenclature destinée à cette catégorie, la mise en place d’un programme national de prévention du suicide, des formations complémentaires et continues de toutes les compétences en place dans le dispositif de soins de santé mentale ainsi que l’amélioration de l’intégration de la santé mentale dans les soins de santé généraux pour prévenir et traiter efficacement ces malades.

N.Bentifour
Mercredi 22 Juin 2011 - 11:33
Lu 498 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+