REFLEXION

LA RN 17, RELIANT MOHAMMADIA-MOSTAGANEM : Chantier ou route de la mort ?

Un chantier peut représenter une gêne pour la circulation des usagers et un danger potentiel pour les personnes qui y travaillent et pour les passants. L'attention des automobilistes doit donc être attirée le plus tôt possible, d'où la nécessité d'une pré signalisation suivie d'une délimitation très nette entre la voie de circulation et le chantier.



Que dire d’un chantier devenu la voie de circulation et qui ne cesse de durer. Les équipements temporaires ont principalement un  rôle   de pré  signalisation et de  balisage des chantiers et des zones provisoirement dangereuses (chaussée ou équipement venant de subir une dégradation), ainsi qu'un rôle de protection des personnels intervenants. De nombreux équipements de sécurité peuvent contribuer à la signalisation des chantiers. L'habitude de baliser les chantiers n’est  pas récente, et s'applique surtout sur de gros chantiers. Alors que le contrôle par une commission de sécurité est obligatoire pour tous les chantiers, il n'est pas effectué pour des chantiers ponctuels sur les routes. Faute de surveillance méthodique, la logique du profit conduit bien souvent à des balises de chantiers anarchiques. Ce qui se passe au niveau de la RN 17 entre Mohammadia et Mostaganem laisse les usagers de cet itinérairese poser beaucoup de questions notamment sur l’abandon fréquent des travaux en cette période d’hiver qui va se répercuter négativement sur la qualité des travaux et la durée.Entretenir une route nationale, c’est travailler en zone  étanche, c’est moins contraignant vis-à-vis de l’environnement humain proche.Les usagers de cette route ont fait le boulot à la place de l’entreprise de réalisation, ce sont les bus, les taxis et les autres qui ont assuré le compactage et l’entassement malgré eux –nécessité oblige- au détriment de leurs véhicules et des vies humaines.Rien à voir avec la volonté des usagers, les responsables et l’entreprise ne sont pas sensibles aux problèmes que cela occasionne. Les réponses sur les temps de travaux sont toujours étonnantes. Et pourtant les techniques d'aujourd'hui ne sont pas les mêmes qu'hier. Quel temps faut-il patienter pour que ce cauchemar s’arrête ? 

Hamiani Med Toufik
Samedi 9 Mars 2013 - 08:58
Lu 273 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+