REFLEXION

LA PRATIQUE DES PRIX ILLICITES BAT SON PLEIN : Où sont les contrôleurs de la D S P ?

C’est le règne de l’impunité qui prévaut auprès de moult locaux commerciaux principalement les magasins d’alimentation générale et de fruits et légumes où les prix sont fixés d’une manière évasive, dépassant largement la marge bénéficiaire de commerçants véreux, avides de réaliser le maximum de gain, sont-ils contrôlés ?



LA PRATIQUE DES PRIX ILLICITES BAT SON PLEIN : Où sont les contrôleurs  de la  D S P ?
Nous en doutons sincèrement c’est dire qu’il n’y a plus de tarifs réglementaires, fixés préalablement par la tutelle. Même si le ministre l’a avancé dans ses dernières déclarations dans une perceptive d’arranger la situation, le prix du sucre par exemple, a connu une flambée terrible et le consommateur attend jusqu’alors, qu’il y ait un système approprié pour réguler le marché. Il n’est pas étonnant que d’autres produits connaitront le même sort et ce jusqu’au pourrissement total. Où est donc le bout du tunnel quand on sait que les commerçants prétextent une liberté des prix à même de les autoriser à spéculer et à fixer les prix qui les arrangent le mieux au grand dam de consommateurs médusés, violés dans leurs amour propre, s’ils ont à rouspéter ou à contester devant des prix élevés, les spéculateurs sont légion et ça pique par ci, par là. Il nous était arrivé moult fois de poser la question de la cherté de leurs prix mais leur réplique s’accompagnait à chaque fois d’une désobligeance que nous connaissons « allez acheter ailleurs, j’ai acheté en 3ème main, Eddi Oula Khalli ». Que ferons- nous pour obtenir satisfaction et cesser de nous faire arnaquer notre argent de la manière la plus abominable qui soit, le sucre à100 DA, la semoule à 60 DA, c’est du vol, de l’aberration et de la malhonnêteté à ciel ouvert.. A moins qu’il s’agisse d’une liberté de prix qui n’agrée que les commerçants et nous, nous demeurerons les dindons de la farce pour avoir à subir le diktat de ces gens-là, avec la bénédiction de la DCP qui ne coopère nullement… même si son personnel est rémunéré en conséquence. Est-ce la loi du plus fort ? Au moins qu’on nous le dise ouvertement et qu’on applaudisse la présence des commerçants véreux et spéculateurs évoluant en eaux troubles. En silence et en profondeur. Et comme ça l’on saura, qu’on a, à faire à la loi du Talion.

TBA
Samedi 20 Mars 2010 - 10:36
Lu 578 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+