REFLEXION

LA PEDOPHILIE UN PHENOMENE QUI NE CESSE PAS DE DEVELOPPER : Une gamine de 6 ans violée par un homme

La pédophilie un phénomène qui ne cesse pas de se développer dans notre societé.une maman dans tous ses états avait franchi la porte de la brigade de la gendarmerie nationale d’Oued Tlélat pour déposer plainte contre un épicier du quartier pour viol commis sur sa fillette.



LA PEDOPHILIE UN PHENOMENE QUI NE CESSE PAS DE DEVELOPPER : Une gamine de 6 ans violée par un homme
La semaine passée, le tribunal criminel d’Oran devait statuer sur une affaire de crime d’une rare abjection. Il s’agissait d’un viol commis sur une fillette de six ans, un âge où elle peut tout juste faire sa première entrée à l’école primaire. Le mois d’avril 2010, une maman dans tous ses états avait franchi la porte de la brigade de la gendarmerie nationale d’Oued Tlélat pour déposer plainte contre un épicier du quartier pour viol commis sur la fillette. C’est un proche de la famille âgé d’une soixantaine d’années qui jouissait, à tort bien sûr, de la confiance totale de la petite victime et de sa famille. Envoyée par sa mère, la petite fille se rendait souvent à l’épicerie faire de menus achats. Ce jour-là, la victime s’était absentée plus longtemps que d’habitude, et pour cause. De retour à la maison, la maman qui s’apprêtait à gronder sa fille pour s’être attardée, a vite remarqué que quelque chose n’allait pas. La jeune victime était dans un état lamentable et visiblement sous le choc. Questionnée par sa mère, elle lui a raconté son supplice. Elle déclaré que l’épicier l’avait tiré dans l’arrière boutique pour pratiquer sur elle des attouchements avant de la violer carrément. Présentée à l’hôpital pour examen, le médecin légiste a confirmé que la gamine a été violée, et constaté qu’elle souffrait de troubles psychiques consécutifs aux atrocités dont elle a été victime. Appelé à la barre, le mis en cause a nié les faits qui lui ont été reprochés, en dépit de toutes les preuves réunies par les enquêteurs et présentées au tribunal. Il a déclaré qu’il ne s’agissait que d’un coup monté contre lui par la famille plaignante avec laquelle il était en désaccord. Le tribunal a décidé de reporter l’affaire jusqu’à la prochaine session criminelle.

L.Islam
Mardi 1 Mars 2011 - 23:01
Lu 775 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+