REFLEXION

LA MOSQUEE OMAR IBN KHATTAB A MOSTAGANEM : Un modèle d’organisation



LA MOSQUEE OMAR IBN KHATTAB  A MOSTAGANEM : Un modèle d’organisation
Heureux qui, comme les citoyens du vieux faubourg du quartier de Raisinville , de compter parmi eux une personnalité digne de l’Imam EL Hadj Youcef Aboubakr, qui a su créer,grâce à une patience à toute épreuve ,un climat de confiance, de quiétude et de solidarité telles que la Mosquée, qui porte le nom prestigieux d’un compagnon du prophète que le salut soit sur lui, est devenue un véritable temple religieux qui accueille, quotidiennement et pendant les cinq prières de la journée, un nombre considérable de fidèles qui affluent même d’autres quartiers environnants pour assumer leurs obligations dans des conditions des plus sereines. Ici point de fetwas ni de prêches enflammés rien de tout cela. Activant dans un bénévolat des plus désintéressés et agissant conformément aux directives de notre illustre cheikh lui-même imam bénévole depuis 31 années et un ex-étudiant du célèbre ex -institut islamique jouxtant la zaouïa el Alaouia, les membres du comité directeur, à l’image de MM CHIBANI Aek, Mouna DRISS ,Hamid Hamid, pour ne citer que ceux-là , se sont illustrés, à travers des dispositions murement réfléchies, dans l’organisation , l’accueil des fideles et leur prise en charge dans une atmosphère fraternelle et de confiance mutuelle. La petite mosquée exigüe de proximité, bâtie dans les années 1992 sur les ruines de l’ex-église de Raisinville et du cinéma Enadjah, a subi des transformations architecturales de grande envergure passant d’une capacité de 8oo personnes à environ 2000 , dont une aile supérieure réservée uniquement à la gente féminine. Les travaux d’élargissement entrepris sous la vigilance de notre vénérable imam ont duré 13 mois , un record dans le genre pour cet ex entrepreneur qui a su contrôler les différentes phases de ce joyaux d’une main de maître . Dotée d’une climatisation composée d’une vingtaine de ventilateurs et d’un nombre appréciable de climatiseurs géants ,récemment installés par des bienfaiteurs anonymes, assurent un brassage d’air dégageant une fraicheur salvatrice en cette période caniculaire et plus particulièrement lors des prières nocturnes des « Taraouih».Une sonorisation judicieusement répartie fournit une résonance et une acoustique à travers toutes les structures du lieu de culte nonobstant les énormes lustres et lampes néons qui diffusent un éclairage discret et garantissent aux croyants une certaine quiétude dans l’accomplissement de leurs devoirs religieux, après les affres d’une journée de dur labeur. La salle des ablutions, un bijou dans le genre, ferait mourir d’envie les ridicules et infectes toilettes publiques pourtant subventionnées par notre auguste APC et qui se comptent sur les bouts du petit doigt de la main. Il serait injuste de taire l’énorme activité du « moukim » Mr ZEGAI Abderrahim Mansour qui se dévoue en permanence à la propreté irréprochable des lieux et surtout à la sécurité des fideles et de leurs biens lors des prières communes et avec les temps qui courent, les citoyens approchés sont unanimes à cet égard et affirment « qu’aucun vol n’a été commis depuis un bon bout de temps et que Dieu nous en préserve de ces délinquants égarés qui commettent cette terrible profanation de lieux de cultes qui méritent tout notre respect et notre considération de musulmans » .La bibliothèque, fournie en livres de grandes valeurs est mise à la disposition des étudiants et autres consultants pour leurs études, cependant ,des dizaines de saints corans « Mashafs », entreposés sur des étagères dans tous les recoins, sont quotidiennement lus et relus par les visiteurs avant et après les 5 prières de la journée. En plus des O2 « morchidettes » affectées pour l’accueil des dames ,02 enseignants dirigent l’école coranique qui reçoit journellement une cinquantaine de jeunes filles et garçons de touts âges, pour l’apprentissage des versets du saint coran par les bonnes et vielles méthodes qui ont toujours donné des résultats n’en déplaise à la catastrophique réforme initiée par BENBOUZID. Le clou de notre visite est d’avoir assisté à une situation insolite : c’était de voir un citoyen solliciter les bons offices de l’homme du culte pour la résolution d’un épineux problème de voisinage. Qui a osé dire que l’algérien a perdu ses repères ?

B. Cherifi
Dimanche 5 Septembre 2010 - 12:22
Lu 1339 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+