REFLEXION

LA MERCURIALE S’ENFLAMME A MOSTAGANEM : Fruits et légumes inabordables pour le pauvre

Il a suffit de quelques averses de pluie enregistrées à Mostaganem, pour que le consommateur à faible revenu et le citoyen démunis soient interdits de fruits et légumes. Ces derniers doivent probablement se demander ce qui se passe au niveau de la mercuriale de Mostaganem, et pourquoi cette flambée soudaine qui a enflammé les souks et les marchés.



Cette déstabilisation du pouvoir d’achat qui met en difficulté le pauvre est mise, hélas sur le compte des intempéries de ces derniers jours, innocentant probablement totalement certains spéculateurs.  Mais rien ni personne ne peut justifier cette montée  des prix qui a touché très particulièrement les fruits et légumes, au point où ils sont devenus inabordables, mettant en difficulté la pauvre ménagère qui ne sait plus à quel saint se vouer, ni quoi acheter. Les plus futés expliquent cette flambée des prix  par le mauvais temps qui sévit et qui selon eux empêche la  récolte des fruits légumes et ce en raison des parcelles de terre qui sont embourbées et inondées d’eau ne permettant pas l’accès aux travailleurs chargés de la récolte. D’autres précisent  que la demande est supérieure à l’offre et on ne sait quoi encore, du n’importe quoi ! Chacun essaie de se disculper à sa façon face aux réclamations des clients surpris par la cherté des prix. Une simple visite effectuée au niveau des marchés et souks de Mostaganem laisse le citoyen perplexe devant les prix affichés et qui sortent de l’ordinaire, à l’exemple de la pomme de terre dont le prix de vente varie entre 70 et 80 DA, l’oignon 60 à 70 DA, la tomate quant à elle a atteint un seuil jamais égalé, vue qu’elle est cédée à 150 DA, voire 170 DA et plus au niveau des marchés, les piments doux à 140 DA , les haricots verts à 320 DA, la courgette à 150 DA ….bref tout a augmenté soudainement. Une inflation non attendue en cette période de pluie qui met le consommateur misérable devant le fait accompli, au point où celui-ci se trouve pris en otage par cette augmentation. Il est inutile de discuter de la viande ou du poisson qui ne sont pas à la portée de la petite bourse, seul le poulet a connu une baisse.

B. Adda
Mardi 24 Janvier 2017 - 18:28
Lu 523 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 25-03-2017.pdf
2.97 Mo - 24/03/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+