REFLEXION

LA MARCHE S’EST TRANSFORMEE EN RASSEMBLEMENT DE 250 PERSONNES : L’echec du RCD



LA MARCHE S’EST TRANSFORMEE EN RASSEMBLEMENT DE 250 PERSONNES : L’echec du RCD
La marche du RCD à Alger n’a pas eu lieu. Les militants et sympathisants du parti de Said Sadi ont été forcés à tenir un rassemblement devant le siège du RCD, rue Didouche Mourad, au centre ville de la capitale. La police antiémeute, fortement présente, a empêché les manifestants de rejoindre la place du 1er Mai, d’où la marche devait commencer. Les tentatives, par des groupes de jeunes, de percer le dispositif de sécurité mis en place dès les premières heures de la matinée ont été repoussées par les policiers. Les affrontements ont fait 42 blessés parmi les manifestants. La police a fait usage de matraques et de boucliers pour contenir la petite foule –environ 500 manifestants– qui a répondu à l’appel du RCD. On s'attendait au déferlement de milliers de personnes dans les rues d'Alger, on a eu des centaines de militants incapables de quitter le siège du parti. Le dispositif de sécurité mis en place n'explique pas à lui seul l'échec de cette marche. Il était prévisible que la police soit présente en force dans la capitale parce que la marche n'était pas autorisée. D’autres éléments expliquent cette nouvelle déroute du parti de Said Sadi. Le premier concerne la gestion de la préparation de la marche. Au lieu de faire un travail de proximité en Algérie, le leader du RCD s’est répandu dans la presse française. Jeudi dernier, des habitants du quartier de Bab El Oued, n’étaient pas au courant qu’une marche allait être organisée dans le centre ville. La Kabylie, bastion naturel du RCD, ne s’est pas réellement mobilisée. A Bejaïa, par exemple, la population a quasiment ignoré l’évènement. Le second concerne la gestion de la marche. Alors qu’un communiqué du RCD avait dénoncé la semaine dernière des rumeurs sur un changement de l’itinéraire de la marche, c’est le parti lui même qui a fait faux bond aux marcheurs. Pourquoi Sadi et ses militants ont ils pris de court les autres marcheurs en se donnant RDV au siège du parti, rue Didouche, au lieu de la place du 1er Mai, lieu d’où devait démarrer la marche ? Pourquoi ce changement du point de départ de la marche, sans aucune notification?  En fait, Said Sadi a facilité la tâche à la police qui a réussi à contenir ses militants à l'intérieur de l'immeuble abritant les bureaux de son parti, sans lancer une seule bombe lacrymogène. Le président du RCD avait il réellement voulu organiser une vraie marche populaire pour défier le pouvoir ou s’agit il simplement d’une opération de communication ?               

Ismain
Dimanche 23 Janvier 2011 - 11:26
Lu 401 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+