REFLEXION

LA MANDATURE 2002-2007 DE L’APC DE MOSTAGANEM PASSEE AU PEIGNE FIN (SUITE) : La destruction du matériel, un incendie et des questions !



‘’La destruction du matériel, serait tout simplement selon certaines indiscrétions, destinée à camoufler la mauvaise gestion suite à l’enquête déclenchée sur l’incendie survenu au niveau du service technique, où plusieurs archives ont péri dans le feu’’. Un autre dossier qui ne manque certainement pas d’attirer l’attention des missionnaires, est celui du parc roulant de la commune qui comptait en 2003, un matériel roulant très important, à savoir :- 18 véhicules légers (berlines) – 20 camions différents tonnages – 02 bus – 04 tracteurs – 09 dumpers – 03 remorques – 09 citernes – 05 bétonnières - 07 compresseurs – 02 groupe électrogènes – 01 groupe de soudure – 04 rouleaux compresseurs – 04 épandeuses de goudron – 01 parpaineuse. Tout ce matériel, selon notre source aurait été réformé, vendu aux enchères publiques ou détruit . C’est dans une lettre datée de 2005 sous le n° 95, que le maire de l’époque avait chargé un commissaire au compte de procéder à l’opération de vente aux enchères publiques. Le maire à procédé à l’installation d’une commission communale, composée essentiellement de fonctionnaires non experts, qui ont formulé des propositions de réforme d’un matériel dont ils n’avaient aucune connaissance sur le plan mécanique et technique. Ainsi, le procès-verbal dressé le 5 mars 2005, par ladite commission, faisait état d’une situation catastrophique du parc roulant et proposait la réforme d’un lot de 25 véhicules tous types confondus, pour cause de panne et un autre lot de 10 moyens roulants au motif que ce matériel est usagé. Notre source relève dans ce cadre, qu’il existe des contradictions flagrantes entre la fiche techniques du matériel proposé à la réforme et celle visée par le maire, une année plutôt soit en 2004, où il est relevé dans l’état du matériel, dûment visé par le maire, que certains véhicules et engins étaient en parfait état de marche. C’est la mention portée sur la case ‘’observation’’, de l’état du matériel. Et à ce titre notre source nous cite des exemples tels que : 1)- La Renault Express immatriculée sous le n° 00740.190.27, qui servait de véhicule de servitudes au service de l’environnement, qui était en parfait état de marche, a été proposée à la réforme avec mention ‘’ Carcasse usagée’’. -2)- Camion de type Iveco immatriculé sous le n° 16481.00.16, réformé par la soidisant commission de réforme le 08 Août 2005, alors qu’il venait de subir toute une révision et le renouvellement à 100 %, de son moteur en date du 04 Juin 2005, soit deux mois seulement avant, par un mécanicien du nom de Berrezig Brahim. Le coût de la rénovation du camion était de l’ordre de : 277.668,00 DA soit près de vingt-huit millions de centimes, alors que le camion remis à l’état neuf a été cédé aux enchères publiques à 450.000,00 DA (45 millions de centimes). Le comble de cette affaire, pourquoi a-t-on réformé un camion remis à neuf ? Aussi, il y a lieu de noter que le mécanicien n’a pas empoché un seul centime depuis cette date-là, et ce malgré plusieurs requêtes adressées aux autorités compétentes. Le même procès-verbal, faisait état également d’un lot de matériel qui a été tout simplement proposé à la destruction, sans qu’il y ait au préalable de consultation de véritables experts en la matière. Parmi le matériel détruit, on relèverait à l’époque du matériel consommable et non consommable, pour masquer selon notre source, certaines irrégularités dans la gestion des inventaires. C’est ainsi qu’il aurait été procédé à la destruction d’un important lot de baguette de soudure, de 450 bidons de peinture, d’un important lot de tubes colorants, de 800 bouteilles d’eau minérale, qui, au lieu d’être détruites, elles auraient pu être mises à la disposition des hôpitaux ou des cantines ou carrément transférées à Boumerdès dans le cadre des aides apportées aux victimes du séisme de 2003. La destruction de ce matériel, ajouté au lot de lampes détruites, serait tout simplement, selon certaines indiscrétions, pour camoufler les irrégularités et la mauvaise gestion juste après l’enquête déclenchée suite à l’incendie qui a eu lieu au niveau du service technique de la commune, où plusieurs archives et documents comptables ont péri dans le feu. .. A suivre

Riad
Dimanche 7 Novembre 2010 - 00:01
Lu 386 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+