REFLEXION

LA JOURNALISTE ASMA HALIMI TEMOIGNE : "Rafik Saïfi m'a dit :" Tu es une .... Je vais te tuer!"



LA JOURNALISTE ASMA HALIMI TEMOIGNE : "Rafik Saïfi m'a dit :" Tu es une .... Je vais te tuer!"
Rafik Saïfi est-il donc un voyou ? Mercredi 23 juin, peu de temps après le match Algérie-Etats-Unis (0-1), Rafik Saïfi a agressé une journaliste du quotidien sportif Compétition, Asma Halimi, dans la zone-mixte. Gifle, jet de bouteille, insultes et menaces de mort, le joueur de l’EN s’est illustré par un comportement indigne d’un international. Lui dément. La FIFA annonce l'ouverture d'une enquête. Dans un entretien accordé à la chaine Al Jazeera, Rafik Saïfi nie les faits. « Il ne s'est rien passé, a-t-il dit en substance. Elle veut se faire unnom. Il y a pas, ni une ni deux gifles...Elle ment! Il y a des joueurs qui étaient avec moi, notamment le gardien Chaouchi, qui peuvent témoigner qu'elle ment! ". Le joueur récuse donc la version d'Asma Halimi. Pourtant, le témoignage de la journaliste âgée de 35 ans, rédactrice en chef depuis deux ans, laisse peu de doutes sur les circonstances de cette agression. Ce n’est pas la première fois que ce joueur, connu pour son caractère ombrageux, s’en prend à Asma Halimi. En août 2009 en Algérie ainsi qu’en janvier 2010 en Angola, Rafik Saïfi l’a agressé physiquement et proféré des mots obscènes et des menaces de mort à son égard. Pour le directeur de la rédaction de Compétition, Rafik Abibe, l’attitude du joueur est inadmissible, intolérable. « C’est un comportement de voyou, affirme-t-il dans un entretien téléphonique avec DNA. En août 2009, nous nous sommes gardés d’aller au clash pour éviter à l’équipe nationale un scandale. De plus le président de la Fédération nous avait présenté ses excuses en nous promettant de régler l’affaire. Mais voila que Rafik Saïfi récidive. Cette fois, il devra répondre de ses actes devant la justice. On ne se laissera pas marcher sur les pieds.» Pourquoi Rafik Saïfi, 35 ans, ancien joueur du MCA d’Alger et du club français Lorient, ex-capitaine d’équipe nationale algérienne, nourrit-il tant d’animosité à l’égard de cette journaliste ? « Il semble qu’il n’a pas apprécié que nous révélions que sa femme est de nationalité française, explique Asma Halimi. Pourtant nous n’avions fait que reproduire ses propos tels qu’il les avait tenus dans un journal Qatari (Lire entretien). Avait-il honte que les Algériens apprennent qu’il a épousé une Française ? Nous aurions pu avoir avec lui une explication en gens civilisés et éduqués…A défaut, il s’est comporté comme un malpropre. ». Rafik Saïfi va-t-il présenter des excuses à la journaliste ? La fédération algérienne de football va-t-elle enfin le sanctionner après s’être montrée plutôt indulgent à l’égard du joueur de l’équipe nationale ? Affaire à suivre. Asma Halimi : Saïfi m'a dit : « Tu es une p... Je vais te tuer une fois en Algérie. Ne t’inquiètes pas je vais te retrouver.. » Je me trouvais dans la zone mixte pour faire des entretiens avec des joueurs de l’équipe nationale. Comme il y avait beaucoup de journalistes, je me suis mise à l’écart pour pouvoir les interviewer tranquillement plus tard. Je me trouvais avec l’oncle de Karim Ziani et un journaliste de Onze Mondial quand j’ai vu Rafik Saïfi s’approcher de notre groupe. J’ai reculé d’un mètre et je me suis mise de profil pour éviter sa présence. Brusquement, je reçois une gifle sur la joue droite de la part de Saïfi. Instinctivement, j’ai riposté en le touchant à la bouche. L’oncle de Ziani a tenté de le retenir. Saifi se saisit d’une bouteille d’eau qu’il lance sur mon visage. Je l’ai esquivé. Il m’a insulté en me disant : « Tu es une p... Je vais te tuer une fois en Algérie. Ne t’inquiètes pas je vais te retrouver.. » Je lui ai répondu : « Tu es un voyou, tu es un c. Tu ne mérites pas de joueur en équipe nationale. Tu as beau vivre à l’étranger tu restes un voyou… » Sur ce, l’oncle Ziani repousse Rafik Saifi et les représentants de la FIFA interviennent pour lui demander de partir. Des journalistes sont venus me témoigner leur soutien et leur sympathie. Que s’est-il passé ensuite ? Je me suis rapproché du représentant officiel de la FIFA pour déposer plainte pour agression contre Rafik Saifi. Il a rédigé un rapport avec les coordonnées des témoins présents sur la scène. Le rapport sera envoyé aux instances de la FIFA habilitées à trancher ces questions..Personne n’a pris attache avec moi. Ni les joueurs ni les dirigeants de la Fédération. Ces derniers ont fait preuve d’un mutisme incroyable. En revanche, le ministre de la Communication, Nasser Mahel, m’a appelé ce matin (jeudi 24 juin) pour me transmettre un message de soutien et de sympathie. Il m’a encouragé à porter l’affaire en justice. Dés mon retour en Algérie, je déposera plainte contre Rafik Saïfi pour agression et propos injurieux… Vos déboires avec ce joueur ne sont pas nouveaux… Lorsqu’il a signé en aout 2009 avec le club Qatari Al khor, nous avions tenté de le joindre pour réaliser une interview avec lui. Cela n’a pas été possible malgré plusieurs tentatives. Lorsque le quotidien qatari Al-Sharq publie le 9 août 2009 un entretien avec Saïfi, Compétition a décidé de la traduire et de la publier intégralement le lendemain. Le jour du match opposant l’Algérie à l’Uruguay ( 12 août), j’étais au stade du 5 juillet à Alger pour couvrir la rencontre. A la fin du match, je me suis rendu devant les vestiaires pour faire les traditionnelles interviews. Je me trouvais encore une fois avec l’oncle de Karim Ziani. En me voyant, Rafik Saïfi qui était dans un bus m’a apostrophé véhément : « Où connais-tu ma femme pour parler d’elle ? Je vais te régler ton compte après...» (Dans l’entretien accordé à Al Sharq, Saïfi évoquait son amour pour sa femme, française de nationalité, et son fils. NDLR). Je lui ai donc demandé devenir s’expliquer. En guise d’explication, il a lancé contre moi une bouteille d’eau. Depuis, nous avions décidé de ne plus parler de lui, de le boycotter au journal. Quand la délégation algérienne est arrivée à l’aéroport, nous journalistes sommes partis réaliser des interviews avec les joueurs. Là encore, Rafik Saïfi s’approche de moi et me dit : « Toi tu vas mourir. Je vais te tuer… » Je me suis plaint auprès de Mohamed Raouraoua en lui disant ceci : « Si Rafik Saïfi peut se comporter impunément comme un voyou, j’ai des gens qui me protègent et qui peuvent lui rendre la monnaie de sa pièce. Raouraoua m’a assuré qu’il allait le raisonner et lui interdire de s’approcher de moi. Qu’allez-vous faire maintenant ? Nous allons déposer plainte contre Rafik Saïfi en Algérie. Il est inacceptable qu’un joueur de l’équipe nationale insulte, agresse et menace une journaliste ou qui que ce soit.

Propos recueillis par DNA
Mardi 13 Juillet 2010 - 00:01
Lu 5702 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+