REFLEXION

LA GENDARMERIE NATIONALE EST INTERVENUE : Après 13 jours, l’APC de Faidja s’ouvre aux citoyens

La certitude, c’est que le wali de Tiaret attendait le geste citoyen, autrement dit le retour à la sagesse. Cependant, les 7 élus contestataires n’ont pas tenu leurs promesses puisque 3 d’entre eux, lors de la rencontre tenue au niveau du siège de la compagnie de la gendarmerie nationale de Sougueur avec le commandant du groupement territorial et le chef de daïra, n’ont pas honoré leurs obligations, celles d’ouvrir le siège de l’A.P.C.



En effet, l’APC est resté otage depuis 12 jours entre les mains de 40 contestataires qui ne sont en vérité que les proches de 7 élus qui seraient derrière ce blocage en soulignant que cette réunion s’est tenue le mardi 18 mars 2014 et en rappelant que durant la même journée quelques 250 éléments des forces anti-émeute de la gendarmerie nationale se sont déplacés et ont lancé des avertissements par sirène à l’adresse des 40 contestataires qui ont fermé le siège de l’A.P.C, premier noyau de l’Etat, et qui n’ont pas voulu bouger revendiquant la venue de Mr le wali et le départ du P/A.P.C. Cela en dépit d’un haut degré de sagesse déployé par le Colonel qui a fait preuve d’une escale de raison satisfaisante, et il aurait fallu attendre le jeudi 20 mars 2014, aux environs de 5h pour que les gendarmes passent à l’action sans aucun dépassement, ni dérapage avec des mesures hautement pacifiques, et l’A.P.C de Faidja a été rouverte, redonnant de ce fait l’authenticité de l’Etat, et les employés ont rejoint leurs bureaux sans aucun incident. Et de source très proche du dossier nous apprenons que les 250 gendarmes ont été des hôtes de la population de Faidja, et qu’ils sont toujours sur les lieux veillant sur la sécurité des citoyens et leurs biens, et à vrai dire la gendarmerie nationale a été à la hauteur de sa mission et aucun incident n’a été signalé. Par ailleurs, cette stratégie est le fruit de la réflexion de Mr le wali qui a donné de sérieuses instructions aux responsables afin d’éviter les affrontements, les heurts ou tout ce qui peut gêner la dynamique du développement et en bon connaisseur des dossiers de la steppe, et des conflits que peut générer certaines tendances, puisqu’il est natif de la région, il a mis le doigt sur la plaie et a fait éviter à cette région de sombrer dans le chaos… Raison oblige.    

Abdelkader Berrebiha
Vendredi 21 Mars 2014 - 16:55
Lu 86 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+