REFLEXION

LA COURSE VERS EL MOURADIA A COMMENCE : Douze candidats sur la ligne de départ

Sur plus d’une centaine de personnes qui avaient retiré les formulaires de candidature à la prochaine présidentielle du 17 avril, douze dossiers de candidature seulement, ont été déposés avant la date limite fixée par le conseil constitutionnel, au 4 mars à minuit.



Le premier candidat qui a déposé son dossier de candidature au Conseil constitutionnel, est le  président du Front national algérien, Moussa Touati, alors que le dernier  ayant procédé au dépôt de son dossier est  le président du parti Karama, Mohamed Benhamou. Les douze candidats qui ont déposé donc officiellement leurs dossiers de candidature sont , Moussa Touati, (Front national algérien), Abdelaziz Belaïd, (Front El-Moustakbel), Ali Zaghdoud, (Rassemblement algérien), Louisa Hanoune, (Parti des travailleurs), le président sortant Abdelaziz Bouteflika, l'ancien chef du gouvernement Ali Benflis, Mahfoud Adou (Ennasr El-watani), l'ancien ministre Ali Benouari, Ali Fawzi Rebaïne (Ahd 54), Mohamed Benhamou (parti Karama), Sadek Temache et Abdelhakim Hamadi (indépendants). Notons que ces douze postulants ont reçu un accusé de réception de leurs dossiers du Conseil, qui statuera sur la validité des candidatures à l'élection présidentielle par décision, dans un délai de 10 jours suivant la date de dépôt de la déclaration de candidature, selon la loi électorale, ensuite  le Conseil constitutionnel rendra publique la liste définitive des candidats retenus selon l'ordre alphabétique en langue arabe. En marge de son passage devant le Conseil constitutionnel, le candidat, Benhamou a déclaré  que dans le cas ou son dossier ne serait pas accepté, il soutiendrait la candidature du président de la République, Abdelaziz Bouteflika qui, dit-il, représente “la sécurité et la stabilité”. Par ailleurs, le malheureux candidat aux dernières législatives françaises, candidat à l’élection présidentielle algérienne, Rachid Nekkaz, a été éliminé de la course présidentielle à quelques minutes de l’heure fixée par le Conseil constitutionnel, au 4 mars à minuit    après qu’il s’est retrouvé dans l’impossibilité de justifier le non dépôt de ses 65 mille formulaires de signature  dont il prétend avoir collecté. Selon l’infortuné  Rachid Nekaz, le véhicule qui transportait ses formulaires de parrainage s’était perdu. Le Conseil constitutionnel lui a accordé une heure supplémentaire, mais sans résultat.

Touffik
Mercredi 5 Mars 2014 - 18:17
Lu 264 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+