REFLEXION

LA CONDUITE PRINCIPALE ENDOMMAGEE PAR LES GLISSEMENTS DE TERRAINS : Des coupures intempestives d’eau potable à Tissemsilt



L’absence de l’eau potable depuis plusieurs jours dans plusieurs quartiers de la ville de Tissemsilt notamment au niveau des quartiers de la basse ville et quartiers périphériques constitue désormais un  vrai casse tête pour les habitants, l’eau est coupée et ses ruptures durent depuis près d’une semaine, le recours aux jerricans, disent ses habitants, est le seul moyen pour s’approvisionner. Ce spectacle dure depuis ce temps là et pourtant ce n’est encore pas la saison des grandes chaleurs, on  trouve des enfants  partout dans les rues munis de petits contenants à la recherche de  l’eau, ils préfèrent tous l’eau de la partie haute de la ville (Edderb) puisqu’il est alimenté des forages de Rechaigua. Les citoyens habitant les quartiers dont la situation s’est rétablie  déplorent une certaine présence de résidus. D’autre part, des informations recueillies affirment que les travaux de réparation engagés suite à un glissement de terrain sur la conduite principale de l’eau  potable censée ramener l’eau  du barrage de Kodiet-Errosfa dans le but d’alimenter 14 communes de la wilaya ne semblent pas résoudre ce problème de l’indisponibilité de l’eau, qui est constatée encore par endroits. Les travaux engagés depuis un peu plus d’une semaine  au niveau du tronçon qui traverse la commune de Tamelaht  n’ont résolu le problème que momentanément puisqu’on nous a affirmé que d’autres glissements de terrain se sont produits simultanément sur ce tronçon de Tamelaht en allant sur Lardjem et qui visiblement est toujours en chantier d’où la persistance de cette pénurie, à rappeler que la même situation  s’est produite  au mois d’avril de l’année 2012. Cette situation nous pousse à s’interroger sur la faisabilité de l’étude engagée avant l’entame de ce grand projet, a-t-on vraiment pris en considération la nature du sol et la géographie de la région dans l’étude ? Les conséquences de ces simples glissements de terrain affirment le contraire et à en arriver à ce point, c’est tout le projet qui est sous la menace,  maintenant ce sont des centaines de familles qui continuent à vivre un vrai calvaire dû principalement à  ces coupures. Enfin, il est à rappeler qu’avec l’effort consenti par l’Etat pour l’aboutissement de ce projet dont le but était d’alimenter la population en eau potable, mais avec ces aléas qui ne sont pas secondaires, la situation risquera de s’aggraver davantage, des milliers de citoyens sont désormais préoccupés et s’insurgent contre cet état de fait qui apparemment les a considérablement pénalisés.           

A. Ould El Hadri
Mardi 11 Mars 2014 - 17:28
Lu 60 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+