REFLEXION

LA CHRONIQUE : Ramadan à l’algérienne : stress, agitation et violence

Stress, agitation et violence : des termes qui font désormais partie du champ lexical du mois de Ramadan en Algérie. Nous en sommes à peine au début du mois sacré et beaucoup sont déjà à bout de nerfs.



Les explications de ce phénomène varient, selon les sociologues, mais la violence dans notre société n’est pas spécifique au Ramadan, mais plutôt un phénomène qui règne dans les jours ordinaires.  Le professeur Youcef  Hentabli, spécialiste en sociologie, estime que le problème « réside dans l’individu algérien ». « Dans chaque société, il existe deux types d’espaces. Un espace public et un autre privé. On constate dans le cas de l’Algérie qu’il a un problème de définition de cet espace. Notre société n’arrive pas à établir une équation équilibrée entre les deux espaces. Donc, la violence dans la société algérienne est due à ce déséquilibre et à cette anomalie dans la définition de l’espace public », explique le sociologue. « Chacun de nous considère que l’espace public fait partie de son espace privé. Pour cela, on constate dans la rue qu’il y a une certaine hostilité envers les autres », ajoute-t-il. Pour Mahfoud, un agent administratif dans une daïra à Alger, prendre son congé annuel durant le mois de Ramadan est « incontournable ». «Il vaut mieux que je reste chez-moi pour éviter les problèmes », explique-t-il. « Je suis en contact direct avec les citoyens et cela me rend malade durant Ramadan. Je ne suis pas obligé de supporter leurs méchanceté et insolence, donc il vaut mieux que je reste chez-moi pour éviter les problèmes », nous dit-il. « On dirait que tout le monde cherche la petite bête pour s’accrocher avec toi », ajoute-t-il en prenant pour exemple ce qui se passe sur les routes. « Juste pour rendre mes propos plus fiables, regardez le nombre d’accidents de la circulation. Chez-nous, Ramadan est devenu un mois sanglant », regrette-t-il. Selon un communiqué de la Protection civile, « 17 morts et 43 blessés ont été enregistrés durant le premier jour du mois de Ramadan ». Apparemment Mahfoud n’est pas le seul à choisir la maison durant le mois de Ramadan. En se baladant dans les rues d’Alger, la plupart des  rideaux des commerces sont baissés. Un phénomène jugé « étrange », selon M. Bachir, un sexagénaire, pour qui la cause principale est « l’absence de la spiritualité ». « Auparavant, le Ramadan avait un charme spécial, un mois de piété et de charité, mais actuellement, il est devenu un mois de gourmandise et de repos », regrette-t-il, avec nostalgie, puis il ajoute : « Aujourd’hui, les gens passent plus de temps sur Internet au lieu de faire la prière ou passer du temps avec leurs familles ». Nicotine, caféine et les médias : qui est responsable ?
Par ailleurs, il existe d’autres causes qui engendrent la nervosité et la violence chez les Algériens. Ikram, étudiante universitaire, souligne notamment « le manque de caféine et de nicotine ». «Tout le monde est devenu dépendant de la cigarette et du café. Une fois le Ramadan arrivé, ils constatent combien ils sont accros à ces deux substances », déclare-t-elle. En outre, M. Bachir pense que le programme diffusé sur les chaînes de télévision joue un rôle. « Comment voulez-vous que les gens ne soient pas nerveux et agressifs alors que les programmes télévisés incitent à la violence. Après le ftour, on regarde la télévision pour se divertir, mais on est surpris par des caméras cachés qui font peur. Djin (mauvais esprit), terrorisme et agressions sont les sujets de tous les programmes », souligne-t-il. Ce point de vue est soutenu par le spécialiste en sociologie qui pointe du doigt les médias. « Les médias, tels qu’Internet et les chaînes de télévision qui diffusent des images de violence, véhiculent un sentiment de peur et d’insécurité », analyse M. analyse M. Hentabli.

 

Imen Misraoui/ TSA
Dimanche 5 Juillet 2015 - 17:51
Lu 220 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+