REFLEXION

LA CHRONIQUE : Ramadan: Tu jeûnes, et tes enfants ?

Pour moi, éducation libérale rime toujours avec fiasco. Il y en a qui ont décidé de laisser leurs enfants choisir. « Quand ils vont grandir, ils vont choisir », ai-je souvent entendu dire. Qu’on m’explique alors pourquoi nous(les parents) leur choisissons nous-mêmes une école, pourquoi nous leur choisissons des vêtements, nous faisons le tri parmi leurs amis, etc.



Il y a bien des domaines où le droit d’ingérence, pour les enfants, est permis. Surtout s’ils sont en bas âge. Les fondamentaux de la religion en font partie. C’est mon intime conviction. Il est donc inadmissible que des familles musulmanes laissent leurs enfants livrer à eux-mêmes, sans leur apprendre les fondamentaux de la religion dont ils sont fiers de porter les boubous les vendredis et les jours de fête pour faire parade. On doit entraîner les enfants à jeûner, en fonction de leur âge. L’hyper protection qui consiste à dire qu’  « ils sont trop petits », « il faut les laisser vivre leur jeunesse », etc, est un mauvais terreau. Il s’y cultive une personnalité qui, sur le tard, n’a plus de repère en matière de religion. On aura ainsi contribué à former des « enfants  » qui ne peuvent même pas vous réciter la Fatiha et qui ne connaissent pas les gestes consacrés de la prière ou les règles du jeûne. Dieu seul sait qu’il y en a à la pelle.J’en connais en tout cas! Le Noble Prophète (Qsssl) recommanda à son fidèle compagnon Abû Tharr al-Ghifârî:«O Abû Tharr! Demande-toi des comptes avant qu’on te les demande, car ce sera plus facile pour toi, lorsque tu seras interrogé demain; mets-toi dans la balance avant qu’on ne t’y mette et prépare-toi pour la Grande Exposition, où rien ne pourra être caché à Allah! ». L’état de la société est tributaire de celui des enfants : lorsqu’ils sont pieux, la société l’est aussi. Lorsqu’ils sont corrompus, cela a des répercussions sur la société. Du reste, la mauvaise éducation, ainsi que la négligence des jeunes, les abandonnant à la mauvaise fréquentation, sont la source de la criminalité et des différents vices dans la société.  L’imam Al-Ghazâli affirme avec justesse que  « l’enfant est un dépôt confié aux parents par Dieu ; son cœur est une perle précieuse brute, ne comportant ni inscription  ni image. Mais il est prédisposé à porter toute gravure et à se diriger là où on le dirige ; si on l’accoutume et si on lui enseigne le bien, il le pratiquera, il sera alors bienheureux dans ce bas-monde et dans la vie dernière, et ses parents, son maître et son éducateur auront la même récompense que lui. Si, au contraire, on l’habitue au mal et qu’on le néglige, comme on agirait avec une bête, il sera malheureux et périra ; la responsabilité de sa déviation incombera à celui qui en a la charge ». Et le Prophète (Qsssl) de conclure : « Jamais un père n’a fait à son enfant meilleur présent qu’une bonne éducation » (Rapporté par At-tirmidhî). Ai-je transmis le message ?

Djibril B.
Dimanche 21 Juin 2015 - 18:35
Lu 166 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+