REFLEXION

LA CHRONIQUE : Le 5 juillet 1962 : Naissance d’une nation libre

Comme à son accoutumée, et à l’instar de toutes les années qui se sont succédées depuis le 5 juillet 1962, le peuple algérien célébrera demain, sa 53éme année de son indépendance dédiée à la jeunesse. Une souveraineté retrouvée après 132 ans de colonisation basée sur des tortures, des vols, des viols, des exactions, des agressions du mensonge …



Que le peuple algérien a eu à subir pendant toutes les décennies noires d’occupation semées d’horreurs et de dépassements dont le monde entier en est témoin de la part d’un colonisateur génocidaire. En effet, Il y a 53 ans, jour pour jour, c’est sous des emblèmes, des drapeaux que les algériens fêtaient leur indépendance après plusieurs révolutions répétitifs qui au final se sont traduites par l’effet tant désiré et souhaité par tout un peuple qui a combattu et lutté  jusqu’à la victoire finale et sans concession aucune contre un occupant dénué de sens et de scrupules. Dans le contexte révolutionnaire le prix du triomphe de la liberté a été remporté suite à des sacrifices de milliers de personnes mortes pour la liberté, comme le témoignent les rescapés de la mort des camps de concentration ‘’made in-France’’ encore vivantes à ce jour, ainsi que l’histoire qui a raconté, qui raconte et qui raconterai sans aucun doute ces épisodes meurtris et sanglants entachés de mauvais souvenirs durant les longues années d’occupation par un ennemi juré qui a usé de toutes les exactions machiavéliques inimaginables possibles contraires aux principes fondamentaux des droits de l’homme. Ce n’est pas en un seul résumé ou un article de presse qu’on peut facilement raconter les séries horribles de 132 ans de colonisation que l’algérien a du  subir. Le 5 juillet 1962, c’est le dénouement, c’est la liberté, c’est l’indépendance, c’est la joie, c’est les retrouvailles, c’est l’euphorie, c’est la liesse populaire, c’est le départ de ces milliers de français tortionnaires que l’histoire condamnera. Oui c’est entre émotions, pleurs, ‘’youyou’’ de femmes, euphories  que ce recouvrement de la citoyenneté nationale tant prisé arraché au prix fort a été célébré en cette journée mémorable après plus de 132 ans d’oppression, d’impérialisme, d’exactions etc où des hommages solennels ont été rendus aux victimes de la révolution algérienne … Se souvenir de cet évènement grandiose, c’est se rappeler cette journée très particulière qui a marqué la rupture avec un passé colonial semé de haine, de violences, d’agressions, de tortures physiques et morales et qui n’est guère une fierté, ni une honorabilité pour ces ennemis sanguinaires de l’Algérie venus d’outre mer pour mener un combat féroce, sans merci et génocidaire contre un peuple sans défense afin de le voler pour bâtir leur empire sur le mensonge, le vol et le crime et que l’histoire racontera et condamnera à travers les ans, les décennies, les siècles. Le peuple algérien colonisé  ne luttait que pour son indépendance afin de  se libérer du joug colonial en s’organisant avec le peu de moyens dont il disposait en arme, en stratégie militaire et même en politique et qui au final a eu son dernier mot contre un pays puissant doté d’armement lourd dont la technologie de l’époque était assez avancée, par rapport aux moyens de fortune que possédaient les moudjahidin .

B. Adda
Vendredi 3 Juillet 2015 - 18:19
Lu 306 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+