REFLEXION

L’information : La bombe de destruction massive

Après plus de trois ans de bombardement médiatique intarissable et un pilonnage diplomatique incessant, le constat que l'on puisse faire réellement est que le régime syrien réussit toujours à faire descendre dans la rue des foules sans commune mesure, et de par leur ampleur, avec des images trop nettes diffusées par les chaînes (EDounia-ElAkhbaria-sama) que l'Europe a mis au banc des accusés et ce depuis belle lurette.



Alors que celles de l'opposition, dont des images trop floues diffusées par les chaines arabo sionistes Al Jazzera, Al Arabia, F-24, BBC à longueur de journée montrent  bien le but assigné pour les beaux yeux du bon pauvre peuple syrien mais pour  d’autres motivations. Certes, dès le début de la bataille de  TRIPOLI en Libye, Al-Jazeera diffusa des images de propagande tournées dans un studio au Qatar pour faire croire que les rebelles étaient entrés dans la ville, alors que ces derniers  étaient encore sous les bombardements massifs de l'OTAN. Il s'agissait de casser le moral des Libyens en leur faisant croire que tout était perdu. Par la suite, le chef du Conseil national de transition, Mustafa Abdul Jalil, a admis les faits et les a présentés comme une ruse de guerre (El harb khidaa via Al-Jazeera). La preuve est la désinformation, l'intox joue un grand rôle pouvant déstabiliser un contexte donné, une expérience de la CIA  mise en œuvre par « proxy » par des acolytes. Certains faits, ont fait la une des TV, Radios et Journaux à travers le monde, c'étaient d'interminables années de mensonges (armes chimiques-le canon géant-armes à destruction massive-fosses collectives…) sous couvert de libérations (Irak, Afghanistan, Bosnie, Lybie et Syrie) la vérité virtuelle fabriquée, l'a emporté sur la vérité réelle mais la fin est désastreuse. le 25 octobre 2012, Amnesty international a publié un rapport (La peur gagne les hôpitaux syriens: patients et personnels soignants sont pris pour cibles)* ; ce rapport était constitué principalement d'articles de journaux de youtube( la guerre virtuelle en youtube fait des ravages) qui prouvait que d'horribles exactions étaient commises dans les hôpitaux syriens, on trouvait une version des bébés arrachés aux incubateurs, semblable à l'histoire d'il ya 20 ans à l’ époque où les bébés koweitiens étaient arrachés à leurs incubateurs jetés par terre par les soldats de Saddam ; selon les dires d'une infirmière, dont son témoignage était garanti par Amnesty international, ce témoignage, retransmis (médias) dans le monde entier, a eu un impact considérable sur l'opinion publique et a contribué à créer un soutien indéfectible à la 1ère guerre du Golfe, ensuite il s'est avéré tout faux (fabrication de mensonges), c'est la même rengaine qui ressort aujourd'hui en Syrie ou Amnesty à reconnu sa faute. Faire un rapport sur la base des Youtube-Al Djazeera Al Arabia, Amnesty s'est servie d'informations de seconde main pour établir son rapport alors quel crédit peut-on apporter à des ONG et des medias faiseurs d'opinions ? Il faut reconnaitre que les ONG  onusiens sont de fabrication  US et défenseurs d’intérêts qui vont à l’encontre des peuples.  D'autres exemples, réels peuvent être cités, le cas de Zineb enlevée, torturée et déchiquetée, des centaines de morts enfants et hommes médiatisés par les F24, BBC, Al Jazzera qui se sont avérés erronés ; montrés vivants par la TV syrienne, la démission de l'ambassadrice de Syrie en France par F24, «A Gay Girl in Damascus» est le blog d'une jeune syrienne se nommant Amina Abdallah Arraf, un soldat (Guillat) prisonnier de guerre que tout le monde sous couvert des ONG, pleure, le pauvre.  Des milliers de palestiniens enfants, femmes et vieillards mais personne ne se soucie d'eux, drôle de monde et la liste des insolites est encore longue... et il ya que les imbéciles qui croient aux balivernes de ces faiseurs de démocratie. C'est vrai que notre quotidien est trop conditionné, influencé et contaminé par les flots de nouvelles drainées par, les technologies nouvelles de l'information, de la désinformation, de l'intox, de la propagande et de la communication (TIC). Journaux, télévisions, radios, téléphones mobiles, ordinateurs, tous charrient inlassablement un inextricable déluge d'informations. SMS, Internet, Tweeter, Face book, Google, You tube, chat et autres créatures du cyberespace ont totalement contrefait, dénaturé, modifié, transformé notre façon de communiquer et de nous informer (la grande révolution). Tout est décortiqué, exploré, commenté, analysé et diffusé en temps réel ; nous vivons l’époque de la «société de l'information» qui nous façonne à la manière dont elle le désire, pour qu'un mensonge devient vite une vérité, une image virtuelle est déjà la réalité, si les USA, Israël ou bien l’Europe font des menaces, personne ne dit un mot, on trouve cela bien normal, le cas échéant l'Iran prête une menace c'est toute la machine médiatique, politique diplomatique Onusienne et ONG se mettent en branle. La guerre d'aujourd'hui se gagne par l'information qu'importe sa teneur et c'est déjà le nouveau profit pour le nouvel ultra libéralisme qui se dessine. Par conséquent les exemples de la désinformation, de l'intox et de la propagande sont nombreuses, ne parlons plus de mort (1,5 million en Irak des centaines de milliers en Afghanistan, en Syrie, en Palestine et en Libye). Et la liste n'est pas encore close la théorie Malthusienne est mise en route).Des désespoirs, des chagrins, des larmes, des destructions, des charniers des assassinats des nettoyages ethniques, telle est la politique de l'OTAN. Le profit dans tout cela : le pétrole, les contrats de reconstruction, le pillage par le biais des avoirs gelés. Mais le grand malheur, des  takfiristes wahabites ne cessent de faire de la désolation, du crime et autres méchancetés sous couvert de l’occident pour affaiblir le courant de la résistance au profit d’Israël. Les wahabites( Arabie Saoudite)  qui s’unissent  en un seul front avec Israël  pour détruire la Syrie et ensuite l’Iran sans que les medias à sous ne fournissent  un petit scoop . En Afghanistan: on a mis un karazai, en Côte d’Ivoire par le fusil on a placé un Karazai ; en Libye : le Premier ministre intérimaire était un autre karazai, en Syrie : on pense déjà à un Karazai et ainsi de suite. Le Dollar et l'Euro ces deux dictateurs nouveaux ne veulent que des karazai pour garder intacte leur parité et lutter contre l'inertie de leurs économies, la guerre engendre des espaces pour investissements dont les Karazai représentent les nouveaux bergers de ce nouveau monde.
*Conflit armé - Amnesty
International France

Benallal Mohamed
Samedi 1 Février 2014 - 17:58
Lu 241 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+