REFLEXION

L’impunité et “wach dakhalni”, à l’origine de tous les fléaux à Relizane

Tout le monde sait que l’impunité est la raison essentielle et primordiale de la recrudescence de la violence, du banditisme, de la malversation, du laisser-aller, de la bureaucratie….enfin tous les maux sociaux, c’est ce qui fait la différence entre notre pays et les pays qui se respectent.



Le social  chez nous a pris le dessus. Partant de ces dépassements au quotidien, hier un jeune de 30 ans a fait l’objet d’une agression au centre ville près du marché couvert au vu et au su de tout le monde et ce à l’aide d’une arme tranchante au niveau du cou, ce qui lui a provoqué une profonde blessure qui a faillit l’emporté. Il a été transféré à l’hôpital Boudiaf de Relizane où il a reçu les soins nécessaires dont une intervention chirurgicale délicate et il se trouve actuellement en réanimation. Les services de sécurité ont ouvert à la suite de cette agression une enquête et ont pu neutraliser l’auteur qui a été entendu et traduit à la justice et mis à l’ombre. Par ailleurs et suite à une plainte déposée par la mère d’une fillette, âgée de 16 ans, la brigade de la protection de l’enfance relevant de la police judiciaire de la sureté de wilaya de Relizane, a arrêté un individu  âgé de 20 ans, accusé d’avoir détourné une fille en exerçant un acte bestial sur elle en son domicile à lui et en la séquestrant plusieurs jours. Il a été entendu également par les policiers et écroué par le magistrat instructeurs. Il y a lieu de rappeler l’incivisme qui caractérise aujourd’hui, les citoyens dans toutes les villes du pays, qui constatent les agressions et les vols sans pour autant réagir ou agir ou au moins pour dénoncer les auteurs auprès des services de sécurité. Une scène s’est produite à Relizane  il y a quelques temps, où un paisible citoyen,  qui était à bord de son véhicule et son épouse à ses côtés, les deux sexagénaires. Au moment où le mari s’apprêtait à garer devant un marchand de légumes au « Souk Graba » et profitant de la vitre du côté de l’épouse qui était ouverte, le voyou a tendu la main et voler le portable de la pauvre dame en l’arrachant de ses mains et a pris la fuite au vu de tout le monde y compris les commerçants du souk qui regardaient comme s’ils voyaient un film d’action. Le mari malade, descend vite de sa voiture et  commençait à courir difficilement derrière le voyou en criant de toutes ses forces « Aidez moi, attrapez-le » mais vainement personne n’a agit parmi les commerçants  du souk et les passants qui étaient nombreux et ils pouvaient l’arrêter facilement et ce même citoyen incivique quand il se fait avoir un jour par les voleurs ou agresseurs, il réclamera la solidarité de tout le monde.  La victime s’est présentée, donc,  à la sureté urbaine sans avoir la possibilité de donner un  signalement précis sur l’auteur mais la compétence et le dévouement des policiers étaient de mise et en l’espace de 3 heures seulement, ont pu neutraliser le bandit qui a été entendu après avoir reconnu les faits et présenté à la justice qui l’a écroué et  cet incident n’est qu’un exemple de la complicité quotidienne des citoyens par le silence en soutenant la fameuse formule de lâcheté « wache dakhalni, j'ai rien vu » alors que la loi et notre religion même, obligent tout un chacun d’agir pour secourir une personne en danger et dénoncer par conséquent les malfaiteurs. En revanche, il existe parmi nos concitoyens, des gens animés de beaucoup de civisme et de sacrifice pour autrui mais ils sont peu, malheureusement. Nous signalons enfin qu'à Relizane, la mobilisation des services de police et de gendarmerie est très remarquée et bien appréciée par la population, chose qui permet, d'ailleurs aux citoyens de déambuler en familles dehors jusqu’à des heures tardives en ce mois de Ramadhan.

Ahmed B.
Mercredi 8 Août 2012 - 00:01
Lu 400 fois
RÉGION
               Partager Partager


1.Posté par norhane27 le 08/08/2012 22:58
Il ne faut pas accusé les citoyens à tord le "wach dakhalni" a une raison pure et simple qu'il ne faut pas battre les voleurs et qu'ils ont tous les droits et nous savons tous que ces bandits de grands chemins sont armés, C'est la faute aux lois qui protègent les mal-fras, meme la légitime défense n'est plus reconnu donc chacun se dit "takhti rassi".

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+