REFLEXION

L’hôpital de Mostaganem en rupture d’oxygène



L’hôpital de Mostaganem en rupture d’oxygène
L’oxygène, l’indispensable et le plus vital des produits sans lequel l‘hôpital ne peut fonctionner, est désormais en rupture selon plusieurs médecins et paramédicaux rencontrés à l’hôpital Che Guevara de Mostaganem. Sur place, les bouses banches sont catégoriques.

L’élément en question est en rupture de stock depuis mardi exactement. Lors d’une visite dans plusieurs services de l‘établissement fera dire aux praticiens que, « beaucoup de malades programmés pour des opérations ont été annulés faute d’oxygène ». Ajoutant par ailleurs que « si la rupture persiste encore, toutes les opérations de toutes les spécialités confondues seront annulées. Près d’une centaine d’opérations chirurgicales seront reportées si aucun approvisionnement ne sera assuré dans les plus brefs délais ». Relevant ce problème en mettant en exergue tout le danger qui plane sur la vie des malades au cas où aucun sérieux arrivage ne viendra combler cette défaillance d’un aussi vital élément, un paramédical au fait du sujet ajoute, « il faut tout de même ne pas oublier qu’une centaine de malades y est sous respiration assistée et ne doit en aucun cas en manquer. Il s’agit tout de même de leur vie ». L’on saura également qu’une seule torpille d’oxygène a été mise à la disposition de chaque service pour parer aux cas d’extrême urgence. Or, la question que se posent les médecins est de savoir si la torpille qu’il faut déplacer vers le malade ou le contraire, pour dire que cette solution est loin de régler la problématique qui se pose avec acuité.Car il faut dire qu’il y ait déjà trois mois, l‘hôpital de Mostaganem a été sujet à une vraie rupture de gaz protoxyde durant une période de deux mois. Cet état de fait avait déjà retardé plusieurs programmations au niveau des blocs opératoires. Ainsi, l’hôpital qui se voyait gérer bon gré mal gré un ancien programme, se voit encore acculé par un nouveau contre temps qui vient non seulement se répercuter sur l’emploi du temps des médecins et autres paramédicaux, mais également empoisonner la vie de pas mal de malades qui risqueraient de se voir demander de nouvelles mises à jour de bilans inhérents à leurs opérations. Par ailleurs, à la question posée au Directeur de ce plus grand hôpital du Département de Mostaganem pour avoir plus d’amples informations sur le sujet, le responsable qui a parlé d’un problème national, n’a pas tout de même donné de réponse. Il nous invitera gentiment à voir avec sa hiérarchie. Chose faite. Néanmoins, à ce niveau, le DSP (Direction de la santé et de la population) qui a tout de même bien répondre à l’entretien téléphonique, n’a pas du tout gobé l’information, voire l’ayant carrément infirmée. « Il n’y a aucune rupture d’oxygène à l’hôpital. Si c’était le cas, on aurait fermé nos hôpitaux. Or, une autre source crédible avance qu’une réunion antres les acteurs du secteur a été tenue avant hier au sujet justement de l’oxygène et qu’un certain approvisionnement a été effectué au niveau de l’hôpital. Reste donc à savoir, si les quantités sont suffisantes d’autant qu’en été, les urgences et les hôpitaux connaissent encore une recrudescence d’admissions et d’interventions chirurgicales plus importantes que les autres périodes de l’année en raison notamment des accidents liés à la saison estivale. Et toujours dans le même ordre d’idées, une autre source crédible confirme que le problème d’oxygène se pose et demeure relatif à un gros problème qui touche l’usine de fabrication.
B. Abderrahmane

. .
Mercredi 20 Mai 2009 - 22:08
Lu 3628 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+