REFLEXION

L’ex-maire de Ghazaouet et 3 de ses collaborateurs écopent d’un an de prison ferme



Le tribunal correctionnel de Remchi a condamné, avant-hier, l’ex maire de la commune de Ghazaouet, le dénommé (D.M), ainsi que son secrétaire général, (CH.GH), le président du bureau chargé des affaires sociales, (J.L), et le premier vice-président de la commune(B.R), à un an de prison ferme pour abus de pouvoir, et trafic d’influence. De même que le tribunal a infligé une peine de six mois de prison ferme à l’encontre d’une employée au service des finances, la dénommée (D.A), d’une autre employée au service des affaires sociales (AM), et à l’encontre de deux autres employés au même service, (A.M) et (A.AG), pour les mêmes délits cités supra. Par ailleurs, cette même instance judiciaire, a prononcé un non lieu à l’encontre de neuf autres suspects après avoir été poursuivis pour le délit d’obtention de faveurs  imméritées. La genèse de cette affaire  remonte au précédent mandat, et qui a été fait explosée suite à une lettre anonyme, ayant coïncidé avec la campagne électorale pour les élections municipales, où la bataille était rude et les différents candidats se sont échangés des accusations entre eux, alors que la fameuse lettre anonyme, avait porté des accusations directes contre l’ex maire et ses collaborateurs d’avoir transformé et utilisé le service des affaires sociales en propriété privée pour faire profiter leurs proches et leurs familles, l’argent destinée aux couches sociales défavorisées qu’ils ont distribuée chacun d’eux à leurs familles et proches. Ils sont allés à même considérer que leurs enfants étaient des handicapés où ils leur ont fait bénéficier une double pension. L’enquête a révélé également que l’argent qui a été dilapidé équivalait à 115 milles dinars, et qui a été restitué sur ordre du chef de daïra. Aussi, les faits de cette affaire qui se sont déroulés en audience, ont démontré  que les suspects ont bénéficié de sommes d’argents sans se référer à la moindre règlementation, ce qui prouvait révèle le degré de gestion anarchique qui a sévit dans cette commune.

Touffik
Mercredi 9 Avril 2014 - 10:51
Lu 208 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+