REFLEXION

L’ex-P/APC risque la prison



Le procureur général de la cour d’appel de Boumerdès a requis une peine plus lourde contre l’ex-président de l’APC de Tidjelabine, condamné en première instance par le tribunal de Rouiba à cinq ans de prison ferme pour faux et usage de faux, occupation illégale d’un bien immobilier et abus d’autorité. L’affaire a été déclenchée après la plainte déposée par une entreprise de céramique sanitaire de Constantine qui avait une antenne à Tidjelabine, accusant le maire d’avoir squatté une villa qui appartenait à ladite entreprise et de l’avoir enregistrée au nom de son épouse. Lors de son audition, l’accusé avait déclaré qu’il habitait dans un chalet avant qu’il ne soit ravagé par le feu, ce qui l’aurait poussé à occuper la villa objet du contentieux, composée de deux étages, et qui serait, selon ses dires, abandonnée par ses propriétaires depuis 30 ans. Il a argué qu’il ne savait pas que cette habitation était une propriété de cette entreprise de céramique sanitaire dissoute en 2005.

Réflexion
Samedi 23 Mars 2013 - 09:23
Lu 228 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+