REFLEXION

L’élection présidentielle américaine: Comment ça marche?

Avec une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement, notre Premier ministre, Abdelmalek Sellal a été reçu jeudi à la Maison blanche par le président américain, Barack Obama. Ainsi, un dîner débat consacré à la sécurité nucléaire a marqué le début des travaux du 4ème sommet sur la sécurité nucléaire. L’Algérie a une relation particulière et historique avec les États-Unis depuis l’époque Emir Abdelkader et Abraham Lincoln dont la relation fut singulière. Il est donc normal que les algériens s’intéressent à ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique, en particulier l’élection présidentielle américaine.



L’élection présidentielle américaine  de 2016 est la 58e élection depuis l’indépendance, suite à laquelle fut élu, sans opposition, George Washington en 1789 comme premier président des États-Unis.   Cette élection qui sera tenue le 8 novembre 2016 permettra donc d’élire le 45e président qui  prendra ses fonctions le 20 janvier 2017.  Les États- Unis constituent le pays le plus puissant de la planète aussi bien sur le plan économique  que militaire. Le président élu aura sans doute une influence significative sur le déroulement des événements mondiaux du moment. Les pays du monde entier ont les yeux rivés sur les aboutissants de cette élection.  
Qui peut être president?
Pour être président des États- Unis, il faut avoir plus de 35ans, être citoyen des États- Unis à la naissance et avoir résidé dans le pays au moins 14 ans. A cela, il faut ajouter que le candidat ne doit pas être candidat à un troisième mandat.  L’amendement  à la constitution  américaine de 1947 délimite le nombre de mandats à deux.  Pour l’instant Jimmy Carter et George Bush (père) qui ont fait qu’un seul mandat pourraient se représenter par exemple.   
Les etapes de l’election americaine
Le processus électoral américain est long et complexe qui mérite une explication plus simplifiée.  Généralement la politique américaine est pilotée par deux courants politiques : les républicains et les démocrates qui forment les deux grands partis sur lesquels repose la démocratie américaine pour assurer l’alternance du pouvoir. Il y a d’autres partis, les tiers partis, comme par exemple le  Reform Party le  Tea Party ou le  Green Party  dont l’influence reste cependant très limitée.  
Les primaires et les Caucus
L’élection américaine, dans sa première étape,  est une élection indirecte organisée à l’échelle de 50 États  pour choisir 4764 délégués démocrates et 2472 délégués républicains, qui eux, lors de la Convention nationale au mois de juillet 2016, choisiront leur candidat respectif. Chaque État, selon son poids démographique, dispose d'un nombre défini de délégués à envoyer à la Convention nationale. Le système de scrutin est diffèrent chez les deux partis. Les démocrates privilégient le mode proportionnel, c'est-à-dire chaque candidat aura le nombre de délégués en fonction du pourcentage obtenu dans chaque État alors que les républicains préfèrent le scrutin majoritaire ou  winner takes all  (vainqueur prend tout ) , autrement dit, le candidat qui arrive à la tête de la liste rafle la totalité des délégués.  Il faut noter cependant qu’il y a quelques  États qui appliquent le mode du scrutin mixte.
 Pour faire plus compliquer, les américains ont ajouté les Caucus, un scrutin appliqué dans une quinzaine d’États. Un Caucus est un vote en pyramide. Au niveau de la base, les militants se réunissent pour élire leurs représentants au niveau du Comté, qui ensuite élisent leurs représentants de l'État, qui á leur tour élisent leurs délégués à la Convention nationale. Ainsi primaires et caucus s’étalent de février à la mi-juin durant lesquels les délégués retenus désignent le candidat officiel de chaque parti en  fin juillet de cette année. Une fois les candidats officiellement désignés, la bataille électorale reprendra de plus belle entre les deux candidats pour s’étaler jusqu'au 8 novembre 2016, jour de l’élection générale pour enfin choisir le président qui prendra ses fonctions le 20 janvier 2017. Par ailleurs, il faut noter que d’autres personnes peuvent se présenter comme candidats indépendants.
Quelle est la situation actuelle?
Nous sommes au début du mois d’avril et les deux candidats : Hillary Clinton chez les démocrates et Donald Trump chez  les républicains se distinguent des autres candidats et deviennent les favoris des deux partis respectifs.  
Les candidats du parti démocrate
- Hillary Clinton (68 ans) : L’ancienne first lady et Secrétaire d’État du premier mandat de Barack Obama,  reste pour l’instant  la favorite des sondages. Son programme est aligné sur la politique actuelle du président Obama. Elle pourrait être la première femme de l'histoire des États-Unis qui présentera le parti démocrate pour la présidence. Mais attention, son rival Bernie Sanders  n’a pas encore dit son dernier mot.
- Bernard (Bernie) Sanders (74 ans) : Le sénateur du Vermont, un État du Nord- est des États-Unis croit encore en ses chances de l'emporter. Avec une perception politique diamétralement opposée à celle de ses concurrents,  cet homme de 74 ans se présente comme un "socialiste" qui prône l’université gratuite et un système universel de santé pour tous les américains.  Ce discours inhabituel  a notamment séduit la classe pauvre occultée et les jeunes.
Les candidats du parti républicain
- Donald Trump (69 ans) : Le magnat de l'immobilier, multimilliardaire, qui, avec ses déclarations xénophobes, misogynes et antimusulmanes, part, actuellement, comme le favori chez les républicains.  Il y a quelques mois, il avait déclaré qu’il empêcherait des musulmans d’entrer aux États-Unis s’il était élu; ce qui a déclenché un tollé même dans sa propre famille politique.
- Ted Cruz (45 ans) : Sénateur de l'État du Texas. C’est un Latino-américain d’origine cubaine, soutenu par le très conservateur Tea Party et mène une guerre sans merci contre la politique économique et sociale de Barack Obama. Cet homme est aussi pire que son rival car il a construit sa campagne sur les mêmes thèmes que Donald Trump. Son discours est généralement orienté vers l’électorat évangélique, faisant de lui le champion de la droite religieuse qui défend Israël.   
Que disent les sondages?
Le récent sondage mené par « the New York Times/CBS News » révèle, avec la popularité inattendue de Donald Trump, un trouble certain chez les républicains qui voient leur parti divisé plus que jamais alors que les démocrates, en revanche, ont exprimé une opinion favorable sur leur parti. Le sondage note que 88% des républicains voient leur parti comme divisé alors que seulement 33%  le voient ainsi chez les démocrates. Ceci a généré un malaise certain chez les républicains dont 60% éprouvent ce sentiment, dans le même temps seul 13%  le manifestent chez les démocrates.
Si chez les républicains, le sondage prédit la victoire de Donald Trump avec 46% sur Ted Cruz à seulement 26%, chez les démocrates ça reste toutefois serré. Hillary Clinton récolterait 50% alors que son rival, Bernie Sanders 45%. Il est donc clair que pour Mme Clinton les carottes ne sont pas encore cuites et on ne serait pas étonné de voir Sanders remporter l’investiture démocrate. Surtout que celui-ci bâterait largement Donald Trump  à l’élection générale, prédisent les sondages.   

 

Mohammed Ziani
Mardi 5 Avril 2016 - 19:48
Lu 431 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+