REFLEXION

L’éducation nationale dans la tourmente : A chacun son vendredi. Est-ce la bonne solution ?

L’éducation nationale dans la tourmente : A chacun son vendredi. Est-ce la bonne solution ?
Au lieu de trouver une solution définitive aux différents problèmes qui ont surgi au début de la rentrée scolaire 2009-2010, la tutelle a jugé utile de rejeter la balle dans le camp des chefs d’établissements.



C’est à croire que la tutelle ne se sent plus en mesure de rectifier le tir suite aux revendications des enseignants, des syndicats représentant le corps enseignant, des parents d’élèves. Les chefs d’établissements, quant à eux, ils ne font qu’appliquer les directives de leurs supérieurs. C’est tout à fait logique. Ils sont tenus de rester impartiaux malgré qu’eux-mêmes aient des enfants scolarisés. Mais ils doivent, en tant que responsables, rester de l’autre côté de la barrière. Ils sont considérés avant tout comme chefs d’établissements et non comme parents d’élèves. Là n’est pas la question, car le problème est le même en ce qui concerne les enseignants (tous corps confondus). Parmi tous les problèmes soulevés depuis la rentrée scolaire le seul qui semble avoir retenu l’attention de la tutelle est celui du week-end. Comme si le problème du vendredi était plus important que les problèmes d’ordre pédagogiques. Comme par exemple les nouveaux horaires, le volume de documents scolaires, le manque d’enseignants, le remplacement de ceux partent à la retraite et ne sont pas remplacés, les classes surchargés, des établissements sans chauffage, des classes où il manque des carreaux, des cantines ne répondant pas aux mesures d’hygiène, etc…Autant de problèmes en suspens et qui perdurent. Par un de ces problèmes n’est sans importance. Les uns et les autres, selon la grandeur de leur importance, influent sur le comportement des élèves et sur leur rendement scolaire. Qui oserait dire le contraire ?
Dans une classe surchargée on ne peut s’attendre à de meilleurs résultats en fin quelle que soit la valeur de l’enseignant. Revenons au fameux week-end qui semble être au centre de la discussion. Le ministre a été affirmatif devant la commission de l’éducation de l’APN ce dimanche. Si sur certaines questions il s’est montré intransigeant et formel sur d’autres par contre il a donné du mou laissant le soin aux chefs d’établissements de régler le problème à leur convenance après concertation les enseignants et les parents d’élèves. Ainsi, les chefs d’établissements auront à décider, comme bon leur semble, chacun du week-end qui leur convient (…afin de laisser une marge de manœuvre aux directeurs qui peuvent en toute liberté choisir la formule qui leur semble adéquate », a laissé entendre le ministre de l’éducation. Que ca t-il se passer sur le terrain ? Nous aurons au moins trois possibilités (trois sortes de week-end) : il y aura ceux qui opteront pour le week-end ancien, ceux qui préfèreront garder le nouveau et les autres, ceux qui seront entre les deux. Mais où seront placés élèves dans cet échiquier ? Ainsi, une même famille dont les enfants ne fréquentent pas les mêmes établissements aura certainement à se plier aux décisions des directeurs des établissements qui auront choisi des week-ends différents. Cette même famille ne sera jamais réunie en fin de semaine parce que ses enfants n’auront pas les mêmes week-ends. Y-a-on pensé ? L’école algérienne du 21ème siècle est malade de ses systèmes qui changent de génération en génération. On a critiqué l’ancien système, puis l’école fondamentale. Que critique-t-on demain ? L’Algérie ne dispose t’elle pas de technocrates suffisamment murs pour proposer un système qui tiendrait compte des réalités du terrain, sans avoir à copier ce qui se passe ailleurs ? En quoi l’enfant algérien, de n’importe quelle région du pays, ressemblait-il a celui d’un, des pays d’Europe ? N e sommes-nous pas en mesure de battre de nos propres ailes ? Au lendemain de l’indépendance l’Algérie n’a compté que sur ses propres enfants pour relever le défi après le départ des européens.

M.Bentahar
Mercredi 21 Octobre 2009 - 22:10
Lu 353 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+