REFLEXION

L’éclairage public fait défaut à la cité « petit lac » d'Ain El Bia



Les résidents de la cité petit lac et ceux du  boulevard des camps 4 et 5 qui se trouvent dans la partie ouest de la ville de Ain El Bia, non loin de la  grande mosquée vivent des circonstances difficiles en raison du non fonctionnement, plutôt de l’absence de l'éclairage public, depuis un certain temps déjà.Cette situation déplorable a mis ces résidents dans l’embarras et le mécontentement, surtout quand ils pensent que lorsque le quartier est plongé dans le noir à la tombée de la nuit, des cas de vols de maisons et de magasins peuvent survenir. Il est légion de savoir que les voleurs aiment opérer dans le noir absolu qui avantage leurs méfaits. Dans ce fait navrant, les habitants de ces quartiers interpellent les services concernés à prendre les mesures nécessaires afin d'accélérer l’entame du fonctionnement du réseau électrique, et ainsi la mosquée  sera éclairée pour  l’accomplissement des prières et éloignera  aussi  les dangers qui peuvent survenir d’un endroit sans éclairage public et isolé. Un grand nombre de personnes habitant ces lieux ont exprimés leur mécontentement en raison de l’absence de l’éclairage public et des conséquences déplorables qui en découlent. Les poteaux électriques sont installés à ce niveau depuis une semaine par une entreprise privée qui est en train de changer les  poteaux électriques et il ne manque que la liaison.
En attendant, les habitants de ces camps 4 e t 5    en compagnie  d’autres citoyens des quartiers petit lac et du centre  ville  de   Ain El Bia qui passent par cette rue plongée complètement dans le noir pendant la nuit, continuent de prendre des risques d’être attaqués par des individus mal intentionnés, ou d’être mordus par un chien errant. Ces habitants n’ont pas manqué de faire savoir que des cas de vol durant la nuit ont été opérées en cet endroit, le cas d’un vol d’un appartement de l'un des citoyens récemment. Et pour conclure les pouvoirs publics et à leur tête le  wali d'Oran en compagnie du chef de la daira de  Bethioua ne ménagent aucun effort pour la  réalisation de ces projets de développement inscrits dans le cadre du programme du PCD, mais les    élus ne fonctionnent qu'avec un pourcentage de 30% pour chaque entreprise  selon les  informations qui nous ont été fournis par les membres des quartiers de la commune de Ain   El   Bia.  Aucun suivi des différents projets par les services concernés qui campent sur leurs positions pour redresser la situation et la population attend  toujours le projet de l'éradication des fosses septiques qui existent toujours au camp 4 quoique  le wali d'Oran a promis à la population de Ain El Bia lors de sa première visite dans la daira de   Bethioua l'éradication des fosses septiques et la réalisation des travaux d'assainissement  qui n'ont pas encore vu le jour jusqu'à l'heure actuelle.              

Medjadji H
Lundi 9 Janvier 2012 - 11:12
Lu 302 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+