REFLEXION

L'argent sale des politiciens et des élus dans le viseur

LES SERVICES DE SECURITE ONT ENQUETE A L’ETRANGER SUR LE BLANCHIMENT D’ARGENT



L'argent sale des politiciens  et des élus dans le viseur
Les services de sécurité viennent de rendre les conclusions de leurs investigations sur le blanchiment d’argent, œuvre de plusieurs responsables algériens notamment des chefs de partis, des patrons de presse et des élus. Le rapport de cette enquête aurait été même porté à la connaissance du premier ministre, Abdelmalek Sellal.Des noms commencent déjà à circuler dans les milieux judiciaires algérois. Le magazine Jeune Afrique qui révélait cette information, avance à titre d’exemple des personnes visées par l’enquête des services de sécurité, le fils d’un ancien ministre qui acquit, via une société écran basée aux îles Caïmans (Ouest de la mer des Caraïbes), un appartement cossu dans le quartier de Hyde Park, à Londres, pour 740 millions de dinars (7,1 millions d’euros). La justice devrait être saisie prochainement pour se pencher sur ces dossiers, selon la même source.Les investigations des services de sécurité, autour essentiellement de diverses opérations financières notamment du blanchiment, du transfert d’argent, d’achat de biens immobiliers et de fonds de commerce, ont été effectuées dans plusieurs pays où ils ont eu des soupçons sur ce blanchiment d’argent comme l’Espagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni. Aucune indication n’a été fournie si les noms des responsables citées dans l’affaire de corruption mettant en cause le groupe pétrolier public Sonatrach ont été ciblés par cette enquête.La justice devrait être saisie prochainement pour se pencher sur des dossiers, selon la même source.

Bombardier et SNC-Lavalin dans le collimateur des enquêteurs
Plusieurs scandales de blanchiment d’argent ont fait la Une des médias étrangers et algériens durant l’année en cours, comme le cas de SNC-Lavalin, d’où beaucoup de questions ont été posées sur le rôle joué par l'intermédiaire montréalais Farid Bedjaoui. Ce richissime play-boy, neveu d’un ex-ministre fait déjà l'objet d'une enquête de la justice italienne et algérienne pour des pots-de-vin qui lui auraient été versés par plusieurs firmes étrangères. C'est grâce à cet agent d'affaires controversé que SNC-Lavalin aurait obtenu des contrats d'une valeur d'un milliard de dollars en Algérie.Après SNC-Lavalin ,c'est au tour de Bombardier Aéronautique de voir son nom cité dans le cadre du gigantesque scandale de corruption au sein de Sonatrach, Les autorités algériennes s'intéresseraient désormais aux conditions dans lesquelles la firme montréalaise Bombardier a remporté, en 2006 et en 2007, deux contrats de vente de quatre avions Dash-Q400 puis de quatre Dash-Q200 à la société Tassili Air Lines, filiale à 100% de Sonatrach. C'est en tout cas ce que rapporte le site d'information Algérie1, qui se base sur des «sources sûres».

482 affaires de blanchiment d’argent depuis 2005
Enquêtes sur 482 affaires impliquant de grandes sociétés nationales et étrangères.L’année 2010, était la période phare des scandales et des coups de théâtre financiers de nos grandes entreprises nationales et même étrangères, plusieurs affaires de corruption et de dilapidations de deniers publics de grande envergure impliquant même ceux qu’on qualifiait jadis d’ « intouchable » ont été  mis à nu par les services de sécurité .Le phénomène de blanchiment d’argent a atteint des records jamais égalés durant l’année 2010 et les affaires de blanchiment d’argent ont atteint en nombre 230 déclarations douteuses, alors que depuis 2005 le nombre de déclarations de blanchiment d’argent a été au seuil de 252.Selon certaines sources ,l’argent sale  est destiné intensément vers l’Europe notamment la Suisse, la France et la Grande Bretagne, mais aussi les pays du Golfe arabe comme les Emirats et l’Arabie Saoudite, avant que d’autres pays comme la Malaisie et des pays du Maghreb arabe et d’autres pays africains tel le Mali et Niger ne s’ajoutent à la liste. Rappelons qu’en 2005 l’ex-DG du FAKI, qui avait la double nationalité algérienne et luxembourgeoise, avait réussi à transférer 9,3 millions d’euros vers une banque luxembourgeoise. Il avait quitté l’Algérie vers Paris le 5 janvier 2005 avant le dépôt de plainte à son encontre. Les autorités algériennes avaient saisi leurs homologues luxembourgeoises sur cette affaire, il a été jugé, ainsi que son épouse, par contumace, au tribunal correctionnel de Bir Mourad Raïs, et condamné, chacun, à 20 ans de prison ferme.Dans le cadre de la lutte contre ce phénomène, l’Algérie a conclue plusieurs accords d’associations qui s’élèvent à environ 20 pactes, notamment avec la France, la Belgique la Suisse, le Liban et d’autres pays du golfe et de l’Afrique. Comme c’est le cas également avec le Canada et les USA que l’Algérie a initié des accords dans ce sens.

Ismain
Dimanche 24 Mars 2013 - 08:56
Lu 503 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+