REFLEXION

L’arabe foire



Les Syriens contre Assad. Les Tunisiens ont chassé Benali. Les Libyens trépignent. Le Soudan a perdu la moitié de sa superficie. L’Irak est en marmelade. L’Egypte ne s‘en sort pas. La Somalie n’est plus. La Palestine s’engouffre. La Maurétanie râle, mais bouge. Djibouti, c’est presque la France si ce n’est la pauvreté. Les Comores ne demandent qu’un semblant d’aide. C’est au Yémen que s’apprennent le chaos, la confusion et le trouble. Le Liban est prêt à éclater à tout moment. L’Algérie sort à peine du marasme. Les Qataris se la coulent douce. Les Emiratis importent de la main d’œuvre. Les Saoudiens poussent le baril à fond. Les Bahreïnis ont été calmés par les frères et voisins. Oman, un sans-souci, indépendant depuis le 18ème siècle. Le Koweït, 2 500 000 habitants, s’est juré de consommer 112 milliards de dollars en quatre ans. En Jordanie, on n’a d’yeux que pour la reine Rania. N’importe quel épouvantail fait peur au Maroc et l’on crie encore des « vive le roi ». Le Maghreb arabe patine. Les monarchies du Golfe se sont créées un Conseil sans le bouillonnant Yémen et puis la Jordanie, là-bas si loin, a reçu ses privilèges ; rien pour la Syrie. D’ailleurs l'Arabie saoudite, le Koweït et le Bahreïn ont rappelé leurs ambassadeurs à Damas pour signifier leur mécontentement. Et pourtant la Syrie n’a rien rappelé du Bahreïn qui se trouve dans la même situation que celle-ci. La République Arabe Unie de 1958 n’est qu’un vague souvenir. Les Egyptiens ont vite déchanté et les Syriens qui ont tenté l’expérience avec l’Irak se sont vus flouer. Nasser, dit-on, a même tenté d’annexer le Liban dans la RAU. Plus sérieux. Quel arabe voudrait de son semblable comme voisin ou associé ? Une perle rare. Les Arabes n’ont pas relevé la tête depuis 1492, date à laquelle la grande mosquée de Cordoue, érigée en 736, est devenue une cathédrale. Que veut exactement la Ligue des Etats arabes ? En deux mots. Elle veut faire du Yémen et de l’Arabie Saoudite de bons amis. Autant réconcilier l’eau avec le feu. Les démocrates Palestiniens oublieront Septembre Noir et s’uniront à la Jordanie ; copie à revoir. Les Algériens ne tiendront plus compte de la République Sahraouie et réalisent le Maghreb avec le Maroc ; mensonges. En plus la Maurétanie lit et relit l’histoire de son voisin du nord. Le Soudan officiel devient ami avec l’Egypte. Quand la poule aura des dents. La Syrie s’unit à l’Irak ; 1963 fut la dernière tentative de replâtrage du divorce. Depuis sa création en 1945, la ligue des Etats arabes rayonne en « sans gloire » dans le déshonneur. Et le dernier en date, le rejet par la Syrie de propositions de « frères et amis » pour une sortie de crise. Une Syrie qui accepte tout de tous sauf de l’arabe. Telle une vis polie, l’arabe foire et ses dirigeants s’aliènent et causent sa ruine dans son individualisme étatique.

Benatia B.
Vendredi 2 Septembre 2011 - 10:27
Lu 603 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+