REFLEXION

L’aquaculture : la future richesse de Mostaganem

On ne manque pas de travail à Mostaganem, c’est plutôt Mostaganem qui manque et a besoin de travailleurs, on dit souvent que notre pays importe tout, mais si on change d’épaule pour notre fusil, on s’aperçoit que c’est une opportunité et non un handicap pour les créateurs d’entreprises on appelle cela en économie un marché vierge puisqu’il y a tout à faire.



Il suffit de retrousser les manches et d’additionner puis conjuguer tous nos efforts pour produire tous avec pour cap autosuffisance par la mutation de nos importations vers la production et l’industrialisation mais le support de tous cela repose sur 3 critères qui sont : stabilité politique, stabilité juridique et stabilité sociale. Le wali de Mostaganem, Monsieur Temmar Abdelwahid ne se met pas en colère mais il agit par fermeté et rigueur, il hausse le ton pour donner du ton et gagner du temps, l’important ce n’est pas de jouer dans une même équipe mais plutôt de transpirer ensemble pour le même maillot. Le développement de l’aquaculture de notre façade méditerranéenne longue de 120 kilomètres nous permettrait  même d’exporter du poisson vivant vers l’Europe, il est temps de lancer un programme de développement de l’aquaculture qui est une richesse intarissable pour ouvrir un autre créneau qui alimentera nos recettes en devises  cela profitera à notre pays pour une ressource alimentaire supplémentaire, cette nouvelle ressource aura une production significative vu les nouvelles techniques d’écloserie d’alevins et  d’aliment élément utile à l’aquaculture, sans compter que par l’étendue appréciable de notre façade maritime et notre désert (aquaculture + pisciculture) ce qui pourrait créer plus d’un  million d’emplois direct et indirect. L’Indonésie est un pays à prendre comme exemple avec qui nous avons de très bonnes relations depuis toujours que même son excellence l’ambassadrice a eu à rencontrer à 2 reprises Monsieur le Wali Temmar ceci dit cet exemple s’appuie sur la diversité de nos relations économiques et non un choix impératif mais juste pour faire un appel direct à l’investissement à partir de ce pays pour un début vu son expérience qui date depuis plusieurs décennies déjà, l es nouvelles donnes économiques font que les investisseurs, on devra aller les chercher là où il sont et non les attendre à ce qu’ils viennent c’est le sens même du Wali Manager, l’aquaculture peut être axée sur 3 points qui sont : la sécurité alimentaire, la génération d’emplois, et source en devise, ajouter à cela la préservation  de nos ressources naturelles marines,  l’innovation des technologies et la disponibilité des alevins de haute qualité et l’expansion de la superficie a fait que  l’Indonésie occupe le 3eme rang dans le monde dans l’aquaculture qui a vu bondir sa production de 600.000 tonnes en  1993 à 1137153 tonnes en2002,en sachant que la réussite de l’aquaculture ne peut se faire sans une production d’alevins de première qualité. Pour que notre pays puisse évoluer dans ce domaine il devra en premier lieu axer sur les expériences des autres pays, qui sont des pionniers dans ce domaine ,pour cela il faudrait créer 2 modes de production aquacole l’un sera dédié uniquement à la production d’alevins(ferme d’éclosion) et l’autre dédié à l’engraissement (ferme d’élevage )sans quoi, on ne peut parler d’aquaculture, sans pour cela oublier de créer un système éducatif orienté vers l’aquaculture avec  des collèges ,des académies, des instituts de recherches et des facultés qui seront un support indéniable pour élever notre pays en haut rang mondial dans l’aquaculture, imaginer un peu que le produit de la pêche sous aquaculture a pas moins de 210 pays comme clients. Une sorte de poisson connu de tous le mérou est l’un des poissons qui a le plus de valeur ajoutée sur le marché mondial pourra devenir notre pétrole de demain, la consommation en protéine en Algérie est plutôt orientée vers les viandes rouges et blanches, bien que le poisson peut devenir en Algérie une source alternative en protéine pour nos ménages. Notre ministère de la pêche devra se doter d’une haute autorité de la planification, l’organisation et la gestion et la promotion de l’aquaculture avec une stratégie  qui aura pour vocation de développer, vérifier, évaluer et orienter les investisseurs dans ce domaine sans pour autant créer un nouveau monopole, tous ceci pourra être décentralisé au niveau de la wilaya, afin de mettre en pratique les meilleures solutions de production avec une banque de données mise en ligne et consultable par tous les opérateurs économiques du secteur, il faudrait que notre pays fasse une aquaculture qui préserve l’environnement dans le sens d’obtenir une production avec un écolabel et un AOC(appellation d’origine contrôlée)  pour le bien être de la communauté nationale et mondiale. La politique et l’économie sont indissociables pour exemple, malgré que l’Indonésie a les 2/3 de son territoire couvert d’eau marine son gouvernement a instauré un décret N° 39/1980 qui interdit la pêche au chalut dans le but d’encourager et développer l’aquaculture et la pisciculture. Enfin, les décisions d’aujourd’hui seront notre avenir de demain, notre aquaculture sera orientée vers le durable qui a un double objectif, augmenter les rendements et les revenus des familles en préservant les écosystèmes naturels.  Plus de 500.000 de nos jeunes sortent du circuit de l’éducation chaque année, nous voilà avec une manne abondante de main d’œuvre qui pourra être injectée dans la formation professionnelle de l’aquaculture du moins une grande partie en faisant appel à une coopération technique de haut niveau pour le transfert de technologie dans le domaine aquacole et piscicole ,l’objectif final est de pouvoir former de futurs ouvriers spécialisés qui seront la colonne vertébrale des produits de la pêche algérienne du fermier aquaculteur aux investisseurs.

Belayachi Naboussi
Dimanche 27 Novembre 2016 - 20:05
Lu 1161 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 25-03-2017.pdf
2.97 Mo - 24/03/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+