REFLEXION

L’URINE DE CHAMEAUX VENDUE A 400 DINARS LE LITRE A MOSTAGANEM : Le charlatanisme gagne le littoral

Malgré l’interdiction par l’organisation mondiale de la santé en date du 06/06/2015 de l’urine de chameau à des fins thérapeutiques, jamais justifiées médicalement, des citoyens se bousculent sous la tente d’un charlatan à Mostaganem et au troisième millénaire, pour l’acquérir en litres et à 400 dinars ! Bernés par l’intox, certains autres lui trouvent toujours des vertus aphrodisiaques jamais égalées !



Finalement, certains individus n’attendent que les bonnes occasions pour se faire facilement de l’argent, l’été semble tout indiqué et parait être l’aubaine tant attendue. Des drôles de « numéros » venus du Sud, sous le prétexte d’échanges touristiques et culturels, ont dressé des khaimas au sein de certaines plages et de l’axe routier longeant le littoral, pour se livrer au commerce pur et simple du lait et de l’urine de chamelle à des prix fort excessifs. Fort en thèmes, ces charlatans expliquent à la foule agglutinée autour des tentes que les produits proposés guérissent presque toutes les maladies et parviennent également à traiter le cancer et à en finir définitivement avec le diabète ! Pour mieux berner l’assistance forte émue par les « miracles » de ces deux produits, ils exposent des  fiches  techniques »  vantant surtout les propriétés miraculeuses et thérapeutiques de l’urine  qui traite de multiples maladies, ils ajoutent  que son efficacité  est attestée par des centaines de patients  ayant guéri  de tant de maux .Les  croyant sur ces  déclarations fort douteuses , certaines personnes n’hésitent point à en acheter  des litres et des litres et pensent sincèrement  que ces produits peuvent les guérir . D’autres se bousculent pour obtenir   ces produits et affirment que des proches en ont acheté et ont été soulagés, malgré l’absence de toute certification médicale. Sur le volet médical, l’organisation mondiale de la santé (O.M.S) a alerté l’opinion mondiale sur les dangers que présente l’urine du chameau, par l’émission d’un bulletin en date du 06 Juin de l’année 2015. Quant à la consommation du lait cru de la chamelle, elle reste également nocive au vu des conditions déplorables de son conditionnement qui n’est soumis au respect d’aucune règle d’hygiène.  Sur le volet épidémiologique, le chameau reste un animal, censé être sous une haute surveillance vétérinaire, de par la propagation de l’épidémie de coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV en abrégé), dont il est l’hôte (un agent qui véhicule la maladie). Cette maladie a été découverte en 2012 en Arabie Saoudite, a touché 1190 individus et a tué 444 sujets atteints. Malheureusement, selon des hypothèses émises par les chercheurs, la transmission de cette grave maladie s’effectue le chameau, qui est réservoir de virus et demeure une source forte probable de contamination. Face à ces multiples risques dont la majorité des citoyens, ignore les lourdes conséquences, il est temps que les autorités concernées réagissent vivement à de tels dangereux dépassements, exposant la santé des citoyens à divers dangers, dont la survenue de maladies graves et l’intoxication par l’ingestion d’un lait infect et d’urine.

L.Ammar
Dimanche 31 Juillet 2016 - 19:21
Lu 10756 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+