REFLEXION

L’ULTIMATUM DU MINISTERE DE L’HABITAT PREND FIN LE 31 DECEMBRE : Menace sur les agences immobilières à Oran

Au moins une centaine d’agences immobilières en activité dans la wilaya d’Oran seront contraintes à mettre la clé sous le paillasson, dès le début de l’année prochaine si elles ne se conforment pas à la nouvelle loi régissant cette activité, sachant que le Ministère de l’Habitat avait accordé un délai jusqu’au 31 décembre de l’année en cours à ces agences pour se mettre en conformité avec la loi, si elles ne veulent pas baisser rideau.



Sur ce registre, il faut souligner que le Ministère de l’Habitat avait accordé un délai de deux années aux agences immobilières pour l’obtention d’un agrément d’exploitation. L’agrément en question doit être acquis au niveau du ministère  avant le registre du commerce. La mesure prise par les pouvoirs publics vise à réguler l’activité et mettre fin par voie de conséquence à l’anarchie qui règne au niveau de ce secteur, sachant qu’avant la parution de ce décret exécutif, réglementant l’exercice de la profession d’agent immobilier, était confuse, et sujette à des dépassements, à l’escroquerie et l’arnaque. Sur ce plan, il faut noter que des dizaines d’agences immobilières au niveau de la wilaya d’Oran s’activent dans l’informel, notamment lors de la saison estivale, où elles profitent du nombre important du flux d’estivants qui se rendent à Oran, pour faire flamber les prix de la location, particulièrement au niveau des zones côtières. Pire encore, il y a des agences qui détiennent des registres de commerce, mais qui n’ont pas de locaux de domiciliation. Il y a aussi celles qui existent uniquement sur le papier, comme l’a été bien révélé par des rapports élaborés par le ministère. Par ailleurs, il faut souligner, que l’agence immobilière, à la faveur de cette loi, aura un cadre réglementaire pour exercer sa profession, le client pour sa part aura affaire à des agences agréées et honnêtes. Enfin le trésor public va bénéficier de la transparence des transactions pour recouvrer ses droits. Et ce n’est pas tout : L’ère des fausses déclarations, qui a fait aujourd’hui les beaux jours de certains agents immobiliers et autres promoteurs, ne sera qu’un mauvais souvenir. Or, avec ce nouveau texte la donne va changer. Comment ? « Le décret mettra, à coup sûr, le holà à ce genre de pratiques. On sera amené à prendre à témoin l’opinion quant à telle ou telle transaction », et d’avertir : « Dans le cas où l’agent refuse de déclarer le montant réel de la transaction, nous aurons la possibilité et l’opportunité de saisir les pouvoirs publics. Les sanctions sont là. La loi peut frapper à tout moment. Il faut savoir où mettre les pieds ». Interrogé  par nos soins, un agent immobilier, voulant garder l’anonymat nous dira: « des fausses déclarations existent bel et bien. Ce n’est plus un secret. Pour preuve, un produit qui coûte dix millions de dinars, les « gens » le déclarent généralement pour 5 millions de dinars. La différence est de taille ». Le mal est plus profond. Le milieu immobilier en Algérie est pourri. Ces pratiques en sont les preuves palpitantes. La question est de savoir comment y remédier ? « Ce n’est pas évident pour le moment, d’éradiquer totalement ces pratiques frauduleuses.

Medjadji H.
Vendredi 27 Décembre 2013 - 16:57
Lu 408 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+