REFLEXION

L’ORDONNANCE” DU NOUVEAU MINISTRE DE LA SANTE : Faire la paix avec la famille de la santé



Le tout nouveau ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, veut faire la paix avec la communauté de la santé. Conscient de ne pouvoir régler les problèmes d’un secteur gangrené par la corruption et la mauvaise gestion, il fait contre mauvaise fortune bon cœur. Abdelmalek Boudiaf dont c’est le baptême de feu en tant que ministre, a appelé ainsi les professionnels de la santé à conjuguer leurs efforts et à «s’impliquer» pour redresser un secteur gravement malade. Dans une lettre ouverte qu’il leur adressé aujourd’hui mardi, le nouveau ministre, s’est engagé à impulser une démarche de «partenariat» avec l’ensemble des personnels de santé, soulignant que seul le malade constituait une «priorité» du secteur. «L’ensemble des partenaires sociaux représentatifs seront inscrits dans une démarche de partenariat avec pour seule et unique ambition de réunir toutes les conditions permettant une meilleure prise en charge du malade», lit-on dans cette lettre. Cette initiative plutôt originale, intervient après des visites qu’il a effectuées dans certains hôpitaux de la capitale où il a pu constater de visu l’ampleur du mal qui ronge son secteur. Il lui était alors contre indiqué de déclarer la guerre à ses partenaires comme l’ont fait ses prédécesseurs notamment Ziari et Ould Abbas. «Je tends la main à tous les professionnels de la santé pour réaliser ensemble ce sursaut en exploitant au mieux les moyens que recèle le secteur pour valoriser les gisements de compétences et donner de nous-même une image plus conforme à notre noble mission», écrit le ministre dans son message. Il promet d’engager une «action continue et permanente» «dans les brefs délais» pour sauver ce qui pourrait l’être. M. Boudiaf est conscient que la santé est à la «croisée des chemins». Mais il dit compter sur «Les potentialités (qui) sont à rechercher dans notre secteur qui recèle des énergies et des forces qu’il faudrait naturellement utiliser d’une façon optimale», a soutenu le ministre de la Santé. Le ministre a souligné en outre sa certitude «que rien ne peut être fait sans l’engagement et l’implication de tous les professionnels de santé». Le défi de redresser le secteur est immense, mais Abdelmalek Boudiaf estime qu’il est encore possible .                               

Nadine
Mercredi 25 Septembre 2013 - 22:00
Lu 127 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+