REFLEXION

L’ONA ET L’APC DE TISSEMSILT RESPONSABILISES : Le réseau d’évacuation des eaux pluviales pose problème

La saison hivernale a déjà pointé le nez et vu l’actuelle situation qui caractérise la majorité des routes, rues et boulevards, on se demande si nos responsables ont déjà songé à se préparer pour les répercussions des pluies. En effet, l’office national de l’assainissement, la mairie de Tissemsilt et les autres services concernés par l’assainissement ont du pain sur la planche.



Si eux pensent et qualifient la situation jusque-là de normale, les souvenirs des années passées  disent le contraire, à chaque fois il a suffi de moins d’une heure d’averses pour que la ville sombre dans les flaques d’eau et les bourbiers et si le réseau d’assainissement de la ville couvre la plupart des quartiers, il n’en est pas de même pour le réseau des évacuations des eaux pluviales ce qui provoque à chaque fois de grands désagréments et des ralentissements préjudiciables des programmes d’amélioration urbaine. Ce constat a été malheureusement fait au passé en particulier dans la ville de Tissemsilt où toute la partie basse de la ville se noie aux moindres averses. Une petite enquête nous a fait découvrir que le dysfonctionnement ne se limite pas sur un seul point, il est multiple à commencer par certaines opérations de curage des égouts et autres avaloirs qui tardent toujours à se faire avant la saison des pluies, ensuite il y a ce nombre d’avaloirs relativement peu et le diamètre minime des égouts d’évacuation qui ne permettra pas l’évacuation en quantité et enfin, il y a la répartition des tâches qui fait que chaque partie jette la responsabilité sur l’autre et se détache de l’obligation. Maintenant si une source proche de l’office national précise que cet office ne dépend ni de la direction des ressources en eau (ex DHW) ni encore de l’APC et sa vraie tâche se limite essentiellement dans les travaux sur les conduites principales de l’assainissement de la ville tout en ne déclinant pas les sollicitations des collectivités locales quant à d’éventuelles interventions, il ajoute que les conduites des évacuations des eaux pluviales (égouts et avaloirs) sont du ressort des APC et dans des cas de l’OPGI et toute intervention sur ce réseau devait être précédée par un bon de commande payable à l’office, mais malheureusement l’on a constaté que malgré la difficulté du travail que font les travailleurs de cet office, ils sont orientés parfois à faire un autre « sale travail » comme ceux du curage des caves ou encore le nettoyage des avaloirs et même le ramassage des ordures ménagères comme c’était dans plusieurs cas. Enfin, l’alerte est donnée aux responsables concernés pour procéder dès maintenant à une opération de curage à grande échelle et envisager d’accroître le nombre des avaloirs notamment dans la partie haute de la ville afin de diminuer les crues et le ruissellement quantitatif des eaux pluviales sur la partie basse et préserver le visage urbain de la ville de Tissemsilt.

A. Ould El Hadri
Mardi 12 Janvier 2016 - 17:47
Lu 175 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+