REFLEXION

L’INSPECTEUR, AUTEUR DU RAPPORT DES 61 MILLION DETOURNES A « ADDA BENGUETTAT » : Devant le conseil de discipline demain



L’INSPECTEUR, AUTEUR DU RAPPORT DES 61 MILLION DETOURNES A « ADDA BENGUETTAT » : Devant le conseil de discipline demain
Il n’y a pas de reconnaissance en politique certes, mais quand la presse dénonce, il y automatiquement une prise de conscience, notamment de la part des dépositaires de l’autorité publique. Malheureusement, ce n’est pas le cas dans certaines affaires qui ont pourtant défrayé la chronique locale. Parmi celles-ci, l’on cite l’affaire du détournement des 61 millions de centimes au préjudice des comptes courants postaux appartenant à de particuliers, à la recette postale « Adda Benguettat » à Mostaganem. En effet, selon l’un des inspecteurs vérificateurs qui étaient à l’origine de l’éclatement de ce scandale, M. Belloumi en l’occurrence, aucune suite administrative, (à l’exception de la suspension d’un agent du filet social), encore moins judiciaire, n’a été entamée, pour la simple raison selon lui, qu’aucune plainte officielle n’a été déposée à ce jour auprès des services compétents. Aujourd’hui, il se voit le bouc émissaire ou le dindon de la farce, pour avoir juste fait son travail convenablement et de la manière la plus honnête qui soit. Contacté, il nous a confirmé sa comparution devant le conseil de discipline ce mercredi 22 septembre 2010, pour des motifs selon lui, qui restent mystérieux. Pour lui, il n’y a plus de doute, « ce sont le conclusions du rapport d’inspection effectuée à la recette postale Adda Benguettat et le refus d’y apporter des changement de ma part, qui en sont les principales raisons ». Cette affaire qui, rappelons-le, a affecté et a terni l’image de marque d’Algérie-Poste à Mostaganem, de par le laxisme et le mutisme constatés, tout au long de la succession des événements pendant presque quatre mois. Effectivement, une première opération, selon le rapport établi par l’inspecteur vérificateur, a été effectuée suivant le rapport d’inspection n° 031 du 18.03.2009, d’où le montant de 197.166,64 DA, détourné sur salaire -IDS-, à la recette précitée. Les conclusions du rapport sont restées ans suites, jusqu’à cette fameuse lettre anonyme datée du 03.03.2010 qui a bouleversé l’ordre des choses. Alors, une seconde inspection s’imposait, ce qui a amené les responsables concernés à dépêcher deux nouveaux inspecteurs, qui à leur tour et à la surprise générale, ont détecté une somme plus importante détournée de la même manière. Et cette fois, il s’agit de 613.530,92 DA, soit plus de 61 millions de centimes, comme rapporté en détail, dans notre édition du 29.06.2010. Mieux encore, le rapport faisait état non seulement du montant détourné sur IDS, mais, aussi le laxisme de certains responsables d’Algérie-Poste, en énumérant toutes les incohérences constatées, à la charge de ces mêmes responsables. Le rapport met non seulement les agents du filet social en cause mais aussi la receveuse de la recette postale Adda Benguettat pour négligences graves de non respect des instructions de la hiérarchie en matière d’emploi des agents du filet social conformément à l’article 96 Alinéa 22 du règlement intérieur. Pis encore, il met aussi en cause la hiérarchie directe pour le non suivi de l’application de ces instructions puisqu’il y avait déjà un antécédent relevé par le premier rapport d’inspection. Ces conclusions consignées dans le rapport remis le 6 juin 2010 à la coordinatrice d’Algérie-Poste étaient très claires, à savoir : «Il y a lieu de noter que l’interdiction de l’utilisation de l’agent du filet social dans une position délicate, a déjà fait l’objet d’une note de service diffusée le 28 Avril 2009, mais aucune décision n’a été prise et ce malgré le rapport de vérification n° 915 du 30 juin 2009, qui a signalé l’utilisation d’agents du filet social mis en cause dans la position « IDS ». - De même, il y a lieu de signaler que la note du 28 Avril 2010, se voulait un rappel des deux instructions émanant de la Division des Ressources Humaines (DRH), référenciées sous les numéros 549/DRH/SDDR/06 du 6 Janvier 2006 et 3274/DRH/SDDR/08 du 8 Novembre 2008, lesquelles interdisent catégoriquement l’utilisation des agents du filet social dans des positions délicates (P.N° 11). Avec un rapport aussi consistant que possible, l’inspecteur vérificateur concerné n’avait reçu comme seule réponse que cette annotation inscrite en haut de page : «Urgent – Revoir la conclusion. Vous devez vous limiter à déterminer les responsabilités en matière d’acte commis par l’agent du filet social de l’établissement et la responsabilité des agents fautifs + C/E (des sanctions), le 7/6/10 ». Mais, il a refusé catégoriquement de s’y soumettre, du fait que cette demande selon lui, n’était pas conforme à la législation en vigueur et que les conclusions du rapport ne pourraient être changées. Aujourd’hui, ce même inspecteur vérificateur honnête et dévoué qu’il est, ne sait plus à quel saint se vouer, du fait que l’administration vient de lui notifier la décision de sa comparution devant le conseil de discipline ce mercredi 22 septembre 2010. Devant cet état de fait, l’inspecteur en question en l’occurrence M.Belloumi, se sentant en menacé après plus de trente années de bons et loyaux services, il a adressé une correspondance au premier magistrat du pays, où il dénonce une situation insoutenable et insupportable au niveau d’Algérie-Poste, où le moindre détail y est mentionné. Aussi, un rapport exhaustif aurait été adressé au directeur général d’Algérie-Poste, tout récemment par le deux inspecteurs vérificateurs.

Ahmed Mehdi
Mardi 21 Septembre 2010 - 00:01
Lu 1463 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+