REFLEXION

L’IMPERATIVE DELOCALISATION DU DEPOT DE NAFTAL DE PETIT LAC : Une bombe à retardement

En prévision de la visite du premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya d'Oran, on a appris de source digne de foi, que le ministre de l'Energie et des Mines, Youssef Yousfi, effectuera avant la fin du mois, une visite d'inspection et de travail dans la wilaya. Lors de la visite du ministre de l'Energie et des Mines, le dossier de délocalisation du dépôt Naftal de Petit Lac (secteur urbain Ibn Sina) sera abordé.



L’IMPERATIVE DELOCALISATION DU DEPOT DE NAFTAL DE PETIT LAC : Une bombe à retardement
Les autorités locales comptent énormément sur la venue du premier ministre pour le convaincre d'ordonner la délocalisation de ce dépôt dans le cadre du plan national de délocalisation des unités industrielles polluantes à l'intérieur du tissu urbain. D'autre part, nous avons appris que la délocalisation des dépôts Naftal, existant depuis les années 70, sera effectuée l'année prochaine, sachant qu'une unité située à Arzew, répondant aux normes sécuritaires, a été choisie pour abriter les futurs dépôts de Naftal. Sur ce registre, un bureau d'études italien a été retenu pour l'étude de ce projet. Par ailleurs, nous avons appris que les dépôts de Naftal ont causé beaucoup de dégâts. C'est ainsi que 95.000 litres se sont infiltrés dans la nappe phréatique depuis 1986. Il s'agit de déperditions d'un stockage de 3 millions de litres se trouvant dans ce dépôt. D'autre part, il faut indiquer dans ce cadre, qu'un audit des risques a été déjà établi, démontrant la nécessité et l'urgence de dégager le tissu urbain de cette bombe à retardement. D'autre part, il faut souligner l'existence de deux autres stockages devenant de plus en plus un risque pour la société et la sécurité des habitants des quartiers de Victor Hugo, Bastié, El Hamri et les quartiers riverains. Sur ce registre, les habitants des quartiers de Victor Hugo et de Petit Lac sont confrontés à deux bombes à retardement que sont les dépôts de stockages de Savignon et de Petit Lac. Certaines sources affirment qu'il est jugé coûteux de transférer les dépôts en question, ce qui pourrait expliquer le retard de l'opération de transfert de ces unités. D'autre part, il faut souligner que le dépôt de Petit Lac fournit quotidiennement plus de 1,4 million de litres de carburant pour avoir une juste idée sur le nombre de camions qui sillonnent ce périmètre urbain et qui transportent des produits extrêmement inflammables. Outre l'insécurité, il faut indiquer que les riverains subissent quotidiennement la fumée et les désagréments de la circulation. 
 

Medjadji H
Lundi 18 Février 2013 - 09:47
Lu 538 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+