REFLEXION

L’HUILE ET LE SUCRE, UN COCKTAIL MOLOTOV POUR LE CITOYEN : Le Ramadhan s’annonce chaud



Le prix de l’huile et du sucre, ainsi que plusieurs autres produits alimentaires, prendra, durant le mois sacré de Ramadhan, une certaine envolé, comme nous l’on déclaré plusieurs commerçants de la wilaya d’Oran. En effet, et avec l’expiration du décret, promulgué par le gouvernement, faisant état du plafonnement des prix de l’huile et du sucre, décision prise à la suite des émeutes qui ont secoué le pays il y a environs 06 mois (la fin janvier, début février de l’année en cours). Le prix de ces deux produits essentiels pour le citoyen durant le mois de Ramadhan, ainsi que d’autres produits alimentaires, risque de flamber Nos interlocuteurs nous ont, par ailleurs, affirmé que le kilogramme de sucre a atteint, ces derniers jours, les 90 DA, et qu’il pourrait atteindre, à compter de la semaine prochaine les 95 et 105 DA le kg, suite à la hausse des prix chez les grossistes. Selon certains citoyens interrogés, le prix de l’huile risque de connaitre une certaine envolée, sachant que la validité du décret stipulant le plafonnement de son prix, prendra fin, la fin du mois en cours (au plus tard le 31 juillet), surtout que le gouvernement avait affirmé que ce décret n’était valide que pour les 06 prochains mois, à compter de la date de sa rentrée en vigueur. Dans ce contexte, il y a lieu de croire que la hausse des prix de ces produits stratégiques, risque d’handicaper le pouvoir d’achat des bourses les plus modestes. Aussi faut-il s’attendre à un autre mois de Ramadhan très chaud et qui peut mettre le feu au poudre, car le citoyen ne comprend pas pourquoi toujours est-il qu’à l’approche du mois sacré, les prix augmentent. Avec les prix affichés de certains fruits et légumes, et des viandes rouges et blanches, le citoyen ne sait plus vers qui se tourner pour éviter cette spirale vertigineuse du pouvoir d’achat. « C’était à prévoir, et tout le monde le savait » nous confiera le secrétaire de wilaya de l’Union Générale des Commerçants et Artisans Algériens d’Oran, M.Abed Mouaad, qui ajoutera à ce propos que selon lui l’abcès n’a pas encore été crevé, et que le gouvernement doit tout faire pour absorber la colère des algériens, qui ne décolèrent pas surtout que le printemps arabe enregistré au niveau de tous les pays arabes n’est pas terminé , mis à part l’Algérie. Notre même interlocuteur nous précisera, d’un autre coté, que cette probable hausse des prix du sucre et de l’huile était à prévoir, et qu’ils avaient déjà demandé au ministre des finances, M.Karim Djoudi, d’approuver cette décision (le décret du plafonnement des prix du sucre et de l’huile) dans la loi de finances complémentaire de 2011, afin qu’elle soit applicable pour toujours. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas, et cette année, le prix de l’huile pourrait connaître des pics intolérables pour le citoyen. Il est à signaler que pendant plusieurs jours (de la fin janvier au début février), les quartiers de l’Algérie se sont transformés en champs de guerre, entre des citoyens en colère, et des services de l’ordre qui essayaient de calmer la tension et ce à cause de la cherté de la vie.

A.Yzidi
Dimanche 24 Juillet 2011 - 09:50
Lu 459 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+