REFLEXION

L’HISTORIEN ABDELKADER MRABET AU FORUM DE REFLEXION : ‘’Youm El Ilm’’, une référence pour lutter contre l’analphabétisme

Dans l'esprit de développer le débat avec un esprit de critique constructif et s’exprimer sur les sujets qui vous tiennent à cœur, sur l'actualité, la culture, l’économie ou autres pour comprendre pratiquement comment se fabrique l'information, le journal Réflexion implique les lecteurs du journal dans ses débats. En exclusivité, le forum d’aujourd’hui est dédié à la journée du savoir du 16 avril ‘’ Youm El Ilm’’. L’invité d’honneur, Mr Abdelkader Mrabet, historien chercheur dans la pensée islamique et les questions religieuses, sera interviewé par les lecteurs ‘’amis de Réflexion’ ‘. Pourquoi on commémore cette journée et pourquoi la personne d’Abdelhamid Ibn Badis est toujours liée à cette journée ? C’est les questions fondamentales du débat, animé par les amis de Réflexion.



Lorsque l’on évoque ‘youm el ilm ‘’, journée de la science, naturellement vient à l’esprit  l’Imam Abdelhamid Ibn Badis , sacré révoltant contre le colonialisme qui a lutté pour une assise d’une Algérie arabe et intellectuelle,  peut-être parce que  le pays d’un million et demi de chahid qui était à l’époque au cœur d’un combat contre le colonialisme et l’ignorance avait besoin d’un symbole pour immortaliser cet évènement . Et Ibn Badis était l’homme parfait pour porter le nom de la journée de la science.
Au siège du journal Réflexion, et autour d’une table tête à tête avec les amis qui aiment réflexion en l’occurrence de messieurs,  Noureddine Ouldelbey , Selim Benantar et Rezgui Mansour qui animaient le Forum, l’historien chercheur dans la pensée islamique et les questions religieuses, Mr Abdelkader Mrabet n'a pas tardé à exprimer sa satisfaction à débattre les divers sujets liés à cette journée du you el ilm et  le rôle qu' a joué les oulamas par  leur savoir pour lutter contre l'obscurantisme et l'arriération.

Mr Mrabet, auteur de soixante ouvrages
Avant d’entrer dans le fond du sujet, Mr Mrabet a été invité à exposer son riche cursus : de sa quête du savoir pour arriver au point de publier des livres et recherches qui font un ensemble de soixante ouvrages dont trois ont trouvé le moyen d’être édités à l’instar des livres" réfutations et polémiques" "le miracle numérique du coran" et "les lois fondamentales de l'univers".  Ses livres font son mérite et lui ont permis de grimper à une dimension inouïe  et rare avec un caractère incarné par un esprit ordonné, attentionné et méticuleux avec un sens d'observation parfait et  en se doublant d’un comportement humble et modeste.
Sur la base de plusieurs questions de même ordre sur la mise en  valeur de la nécessité d'acquisition de la science et le savoir pour le développement des sociétés, notre professeur n'a pas tardé à exposer ses points de vue sur les causes du ‘’retardement’’ infligé au monde musulman, faute de non estimation aux hommes du savoir d'un côté et du cumul de la mauvaise interprétation de notre religion qui a duré des siècles, tout en inspirant l'abstrait au détriment du concret.

Ces hommes qui ont fabriqué la gloire de l’Algérie
 Et au cours de ses réponses reposantes sur des fondements plausibles et irréfutables argumentant ses thèses, notre professeur n'a pas tardé à décrire les sacrifices faits par nos oulémas pour pousser les projets féodaux établis par le colonialisme qui voulait falsifier notre histoire et dissoudre notre identité pour la mise en évidence de son projet d'intégrité conçu par Bloum Violette pour concrétiser son approche de l'Algérie française. Ce rappel de conscience et à l'existence de la nation algérienne depuis jadis a été fonctionné par nos braves intellectuels hommes de science en l'occurrence de l'association des oulémas en tête cheikh Ben Badis, et d'autres qui travaillaient dans le silence aux quatre coins du pays,  qui chacun a choisi sa méthode pour que ce peuple triomphe un jour tout en le préparant au destin de l'insurrection. Sans oublier les précurseurs politiciens, fondateurs de la mouvance nationale,  commençant par l'action de l'émir Khaled petit fils de l'émir Abdelkader  pendant la première guerre mondiale, relevé après son exil par d'autres chevaliers fondateurs de l'étoile nord-africaine en l'occurrence Messali el Hadj, une icône pyramide  dans le mouvement national, fondateur du premier parti politique algérien avec des critères modernes, le PPA puis le PPA MTLD et l'UDMA, dirigé par FERHAT ABBAS.  Alors, notre professeur Mrabet avait la chance de connaitre ce dernier en début des années soixante qui l'exposait comme une référence dans la culture et le savoir et l'amour de la patrie, tout en lui demandant d'aller continuer ses études et ses recherches à l'étranger.

Ouvrons une fenêtre sur la lutte contre l'ignorance et l'analphabétisme en Algérie
« C’est très significatif de l’attachement algérien au savoir », déclare Mr Mrabet, avant d’ajouter que le slogan de la commémoration de la journée de ‘’youm el ilm’’ en Algérie doit devenir un repère de la lutte contre l'ignorance et l'analphabétisme. « Faire le bilan et donner des statistiques sur le taux d'analphabétisme en Algérie pour s’acquérir sur l’efficacité du plan 2005-2016 d’éradication de l’analphabétisme mené en grande pompe par le gouvernement algérien , poursuit sa plaidoirie notre hôte .Notons qu’à l’indépendance, l’Algérie était parmi les quatre pays les moins alphabétisés au taux de plus de 80% d’ignorants… » Mais avec les efforts menés par les institutions de l’Etat, des milliers de femmes au foyer et d’homme vieux et jeunes ont suivi des cours d’alphabétisation.
« Si les analphabètes durant l’année 2006 étaient de 6, 7 millions, ils sont encore 5, 1 millions en 2015.  Alors n’est –il pas temps de faire le calcul aujourd’hui en 2016 à l’occasion de la journée de youm el ilm ? » S’est interrogé Mr Mrabet. « C’est pour cela que je pense que nous devons exiger avec force la contribution de tous les acteurs pour intervenir afin d’éradiquer ce fléau », conclut Mr Mrabet  
En terminant cette partie du forum Mr Belkacem Belhamidèche s'intégrant dans le dialogue a demandé à notre professeur de terminer avec un mot adressé au peuple algérien ,en répondant que nul défi ne sera levé et aucune atteinte au développement et la progression sans la science et le savoir dont le journalisme et l'information ont une part de responsabilité en tant que moyen dans la transmission du savoir et l'éducation et les valeurs, tout en remerciant Mr BELKACEM DG de Réflexion pour cet engagement et cette vocation en ouvrant ce portail médiatique à titre de gratitude, et pour en faire connaitre davantage  au public des personnalités à potentiel intellectuel.   

 

Noureddine Ouldelbey
Mercredi 13 Avril 2016 - 17:43
Lu 828 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+