REFLEXION

L’Emploi entre l’état providence et le secteur privé

Le secteur privé est le moteur principal de la croissance. Le développement du secteur privé est donc une condition essentielle de l’accélération du rythme de la croissance. Cela dit, la façon dont s’opère ce développement influe largement aussi sur les modalités de la croissance, notamment la largeur de son assise et la mesure dans laquelle elle associe l’emploi. Les gouvernements des pays en développement ont en conséquence tout intérêt à œuvrer à la mise en place d’un environnement stratégique et institutionnel qui permette au secteur privé de prospérer et d’être un vecteur efficace de croissance. Il faut pour cela tenir compte des besoins aussi bien d’une multitude d’entreprises informelles, d’exploitations agricoles familiales et de travailleurs indépendants que des grandes entreprises du secteur formel, et aussi reconnaître et maximiser la contribution des uns comme des autres.



Partout dans le monde, c’est le secteur  privé qui est le premier vecteur de croissance et d’emploi.  Accroître  la dynamique  de  ce secteur  est donc  un  élément  clé des nouvelles stratégies qui visent à créer de l’emploi et à réduire la pauvreté dans les pays en développement. Toutefois, les  modalités  du  soutien  qu’apportent  les  politiques de  développement  du secteur privé  sont  à  redéfinir. Telles  qu’elles  sont, elles ne permettent pas de générer la croissance plus forte et plus large qui s’impose pour réaliser des avancées substantielles et durables dans la lutte contre le chômage et la  pauvreté. Les gouvernements ont tout intérêt à susciter un climat des affaires qui permette au secteur privé de prospérer. Non seulement les entreprises, mais les individus et les ménages, riches ou pauvres, sont aussi des acteurs économiques lorsqu’ils consomment des biens et des services, vendent leur travail, cultivent ou produisent des biens et services. Pour que, dans les pays en développement, le secteur privé s’élargisse et remplisse son rôle de moteur principal de la croissance, il faut s’efforcer de répondre aux besoins et de maximiser la contribution de la multitude d’entreprises, d’exploitations agricoles  et de travailleurs indépendants hommes ou femmes qui exercent une activité informelle. La réduction de la persistance du problème de l'emploi informel, des travailleurs pauvres et le chômage  ne peut être atteinte que lorsque le secteur privé s'engage activement. L'Algérie  devra créer des emplois stables et bien rémunérés dans le secteur privé. Le secteur public n'est pas en mesure d'absorber les demandeurs d'emploi d'aujourd'hui, et encore moins le renflement de jeunes  entrant dans les marchés de l'emploi chaque année. Les emplois durables peuvent être créés par le développement du secteur privé et en se concentrant sur les secteurs informel et rural, car ils ont probablement les plus grandes capacités d'absorption. Si les gouvernements se concentrent sur le développement des secteurs à fort potentiel de croissance et de l'emploi, l'Algérie a  un énorme potentiel de création d'emplois dans les années à venir. Le gouvernement devra identifier les secteurs présentant pour le pays soit des avantages comparatifs sur les marchés mondiaux soit un grand potentiel de consommation domestique et aussi les secteurs qui sont capables de créer des emplois durables et décents et d'identifier et de combler les lacunes et les obstacles qui entravent le secteur spécifique de développement et de croissance. Les secteurs potentiels à forte croissance et d'emploi sont les secteurs de transformation du produit agricole et manufacturier  issu de la PME et aussi des produits peuvent contribuer au développement du secteur privé, en fin de compte à l'emploi, si elle est bien traitée mais aussi si les décideurs éliminent les obstacles à la croissance du secteur privé. Les obstacles les plus fréquemment sont  dans l'ensemble des conditions macroéconomiques, tels que l’absence de stabilité économique et l'accès difficile au financement.  Loin de toute action politique non étudiée, le gouvernement est dans l’obligation d’ autonomiser les pauvres et les personnes vulnérables, en particulier dans les communautés rurales et l'économie informelle urbaine, les chômeurs et les sous-employés  en renforçant  leurs capacités à travers l’accompagnement , les compétences et la formation professionnelle, un recyclage de la main-d'œuvre, l'accès aux ressources financières, mais aussi  à travers la micro-finance, l'infrastructure des terres, les marchés, les technologies et les services dans le but de les intégrer de manière significative dans le marché du travail. Cet engagement est aujourd'hui plus que jamais d'actualité et devrait permettre le développement de l’économie nationale  dans les prochaines années. La création d'emplois décents et productifs pour les générations à venir, nécessite un changement structurel basé sur  une plus grande création de valeur ajoutée et la concentration sur les secteurs à forte intensité d'emploi tel que le secteur de transformation et le tourisme.  

Emploi et stabilité
La connexion entre le chômage, la pauvreté et les troubles politiques est clair, vu plus récemment dans les soulèvements du printemps arabe et les dégradations des économies arabes qui en résultent. Laissant de larges groupes de jeunes éduqués ou même non qualifiés non employés, entraine l'inefficacité et compromet le développement du pays.  Comme on le voit dans le soulèvement 2011 dans les pays voisins, où le chômage était certainement une force motrice dans l'agitation politique, le nombre croissant de chômeurs - en particulier chez les jeunes - ne représente pas seulement un problème économique pour les économies, mais il est une menace à la stabilité sociale et politique de plusieurs pays.  Des niveaux élevés de chômage empêchent des millions de contribuer à la société, les laissant à la fois économiquement et socialement exclus. Compte tenu du rôle clé de la jeunesse dans le développement futur, cette exclusion exerce un coût élevé pour la société, ce qui pose une menace potentielle pour la sécurité humaine sous toutes ses formes. Les répercussions sont potentiellement dévastatrices sur les plans social, économique et personnel, c’est pourquoi l'Organisation Internationale du Travail  met en garde de ce qui pourrait devenir une « génération perdue ». Leur sort pourrait aussi engendrer une multitude de problèmes dans l'avenir pour ceux sans expérience de travail ou sans éducation qui pourraient passer le même modèle à leurs enfants.

L'entrepreneuriat comme une solution au chômage  
Favoriser l'esprit d'entreprise et le développement de micro-entreprises- dans le sens purement économique- sont essentiels pour développer l'emploi, des possibilités de gain et de réduire la pauvreté.  
Des conditions macro- économiques et un environnement des affaires solides, y compris les infrastructures, la réglementation et l'environnement juridique sont  généralement soulignés à améliorer les possibilités du marché du travail. Alors que ceux-ci demeurent pertinents, une attention croissante est portée sur le rôle des politiques qui visent à améliorer la productivité et réduire les contraintes parmi les entrepreneurs du pays. Un secteur privé dynamique est le véhicule le plus important pour la création d'emplois pour les jeunes ici ou ailleurs. Les perspectives d'emploi pauvres, l'évaluation par les experts et les perceptions des jeunes  tous convergent sur une demande insuffisante pour le travail des jeunes comme étant le goulot d'étranglement le plus important de l'emploi des jeunes. Le secteur public se rétrécit et promouvoir la création d'emplois dans le secteur privé (à la fois petites et grandes entreprises) est la seule option viable pour la création d'emplois à grande échelle.  Les obstacles à la création et au développement de l'entrepreneuriat. La création d'emplois dans les petites entreprises a besoin de répondre à la nécessité d'éliminer les obstacles aux petites et micro-entreprises, leur permettant de se développer et remplir le chaînon manquant, et de soutenir les jeunes à devenir entrepreneurs et de créer leurs propres emplois. Très peu de petites et micro-entreprises parviennent à se développer et devenir des grandes entreprises. Pour encourager la création d'emplois, le gouvernement doit se concentrer sur l'élimination des obstacles qui sont spécifiques aux petites et micro - entreprises et de soutenir leur croissance dans des entreprises productives.  En outre,  le nombre de banques est faible. Celles qui sont sur le marché bénéficient des profits élevés en travaillant avec les grandes entreprises existantes. Il y a peu d'incitation à accorder des crédits aux petites et moyennes entreprises (PME).  La complexité des obstacles augmente avec le niveau de revenu du pays. Les contraintes les plus fondamentales (tels que la stabilité macro-économique,  l'accès au financement) semblent être plus contraignants à de faibles niveaux de revenus. Puis, comme un pays se développe, les entreprises doivent faire face à un certain nombre de problèmes causés par la mauvaise gouvernance et la faible capacité administrative et bureaucratique (corruption, le niveau de la fiscalité, la qualité de service de l'administration).  Enfin, chaque fois qu’un pays remonte à un statut de revenu supérieur, la réglementation du travail devient un facteur plus important du climat des affaires, en grande partie parce que l'État a une forte capacité à mettre en œuvre.  Chez nous, le niveau de qualification de la main-d'œuvre notamment sur le plan pratique  est un obstacle encore plus important à l'entrée du marché du travail et  le faible niveau de proposition ayant trait à l’idée du projet reflètent    la présence d’une grande inadéquation des compétences.  Bien que le secteur informel soit important pour la création d'emplois et la croissance, le gouvernement devrait entreprendre des efforts pour accroître la formalisation. Il doit reconnaître le rôle important que joue le secteur informel dans la création d'emplois et de créer un environnement qui favorise la croissance de ces entreprises. Toutefois, le secteur informel représente également un manque à gagner en impôt sur le revenu et est, par définition, insensibles à la réglementation gouvernementale, même si elle est bénigne. En retour, les contribuables devraient également bénéficier de services publics pour soutenir le développement des entreprises.  Les programmes visant à soutenir les jeunes doivent être complets. Pour démarrer une entreprise, les jeunes n'ont pas seulement besoin de capitaux: les connaissances sur la façon de diriger une entreprise sont également nécessaires. La formation en entrepreneuriat permet aux jeunes d'acquérir les compétences dont ils ont besoin pour créer et gérer une entreprise durable susceptible de générer des emplois. Les structures spécialisées peuvent être des outils précieux pour transmettre ces compétences. Pour être efficace, la formation doit mélanger les compétences techniques, telles que la communication écrite et orale, la gestion technique et le sens de l'organisation, les compétences en gestion des affaires, tels que la planification, la prise de décision, le marketing et la comptabilité, et des compétences entrepreneuriales personnelles telles que l'autodiscipline, la prise de risque et l'innovation. En ce qui concerne le marché du travail, il est essentiel que l'offre du travail réponde à la demande du secteur privé, en particulier dans les wilayas  à fort taux de chômage des jeunes, il est important que les demandeurs d'emploi aient les aptitudes et les compétences requises par le secteur privé. Améliorer l'employabilité des jeunes est crucial, ainsi que la formation pour le  développement des compétences qui répondent à la demande du secteur privé. Par conséquent, le secteur de la formation professionnelle doit  renforcer –loin des traditions existantes- une coopération continue et élargie avec le secteur privé.   En étroite coopération avec le secteur privé, des réflexions doivent  établir et réviser les programmes de formation professionnelle  (renforcement des capacités), contribuant ainsi à élargir la base du capital humain dans un pays et faire coïncider les compétences des jeunes demandeurs d'emploi aux besoins du marché du travail et aux exigences du secteur productif.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS  
Étant donné la grande diversité des défis spécifiques à chaque pays et les opportunités à travers les différentes politiques, il n'existe pas de solutions toutes faites à l'enjeu fondamental de la création d'emplois productifs. Cependant, toutes les études du monde en la matière analysent les tendances et les développements et les recommandations générales ordinaires qui peuvent être faites sur la meilleure façon de répondre aux besoins de création d’opportunités d'emplois productifs pour les jeunes. Vu que la capacité d’absorption du chômage du secteur public est limitée, la promotion du secteur privé peut être une solution pour la création d'emplois. Des emplois sont créés principalement par le secteur privé-  au niveau mondial  9 sur 10 emplois sont créés par le secteur privé - donc la croissance de secteur privé est cruciale d'offrir davantage de possibilités d'emplois productifs. Le développement des micros, petites et moyennes entreprises  est un mécanisme éprouvé et efficace pour faciliter le développement économique et c'est dans ce secteur vital que l'entrepreneuriat nécessite un soutien important, de l'orientation et de l'investissement. Le gouvernement et le  secteur privé  doivent unir leurs forces et travailler ensemble pour la préparation d'une base solide pour la création d'emplois durables, la croissance inclusive et la réduction de la pauvreté. La qualité et la pertinence de l'éducation doivent être améliorées afin de réduire l'inadéquation des compétences. Le développement des compétences techniques et professionnelles  a le potentiel de fournir aux jeunes des compétences plus appliquées et de meilleures chances sur le marché du travail. Les compétences peuvent être obtenues soit par des institutions structurées et spécialisées ou à travers l'expérience de travail pratique, ou les deux - (expérience positive qui peut être trouvée dans le système  éducatif et professionnel  comme l’exemple allemand-autrichien). Comme indiqué précédemment, notre pays doit renforcer le partenariat avec le secteur privé sur tous les niveaux de l'éducation. Promouvoir une culture nationale de l'entrepreneuriat des jeunes est particulièrement pertinente pour remédier au manque de possibilités de valeur ou pour adopter un esprit entrepreneurial. Au même temps, le développement des compétences entrepreneuriales dans le système éducatif peut être vu dans le cadre de la préparation des jeunes pour pénétrer le marché du travail.


                

 

Taoufik Hamiani
Samedi 18 Juillet 2015 - 17:58
Lu 763 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+