REFLEXION

L’Elysée, un grand désordre



Il semble que dans un premier temps, l’Elysée ait choisi la ligne de la dénégation et botté en touche. Jusqu’à une date récente, l’opinion la plus commune sur le président Sarkozy était : « D’accord, c’est un médiocre réformateur qui, à force de s’agiter, met plus de désordre dans l’Etat qu’il ne résout les problèmes ; c’est, comme Chirac, un faux dur, un diplomate catastrophique qui multiplie les bourdes à l’étranger, mais tout de même, il reste une « bête politique » : c’est ainsi qu’il a réussi à se faire élire président ; c’est également ainsi qu’il manœuvre habilement au milieu des difficultés : il a le sens de la communication, de l’opportunité et il n’a pas dit son dernier mot. » C’est la question qu’on peut se poser au vu de la gestion calamiteuse de l’affaire Woerth.

. .
Jeudi 8 Juillet 2010 - 00:01
Lu 652 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+