REFLEXION

L’EX-PDG DE LA BADR DE BIRKHADEM DEVANT LE JUGE : Un préjudice 53 milliards et transfert illégal de fonds vers l’étranger



L’EX-PDG DE LA BADR DE BIRKHADEM DEVANT LE JUGE : Un préjudice  53 milliards et transfert illégal de fonds vers l’étranger
L’ex président directeur général de la banque agricole et du développement local (BADR), comparu devant le tribunal d’El-Harrach, en compagnie de plusieurs de ses anciens directeurs de l’agence BADR de Birkhadem, les cadres, ainsi que le directeur des approvisionnements, pour répondre des chef d’inculpation, de dilapidation de 53 milliards de centimes par la signature de contrats non conformes à la réglementation en vigueur et le transfert de fonds vers l’étranger dans le cadre d’un prêt accordé à un investisseur, propriétaire de la société « El-Yasmine », spécialisée dans les produits laitiers, ce prêt serait à hauteur de 23 % du coût de l’investissement. Cependant les investigations menées par les services compétents, auraient soulever que l’investisseur en question aurait bénéficié de 70 milliards, en violation des règles bancaires. En effet, l’enquête aurait révélé, que l’agence bancaire incriminée dans cette affaire, aurait accordé ce prêt, sans aucune étude économique et technique, au préalable du projet, allant jusqu’à accorder plus de 13 autorisation de crédits en un temps record, sans aucune garantie en contrepartie, susceptible de mettre l’agence bancaire sous couverture juridique en cas de problème. D’autant plus que ces autorisations auraient intervenues dans une période, où l’accusé principal « A.A », actuellement en fuite, n’aurait pas satisfait ses engagements précédents, quant au remboursement des tranches déjà versées à son compte, ce qui aurait provoqué l’accumulation des montants non remboursés. L’affaire a été confiée, à ses débuts à la brigade économique de la sûreté de wilaya d’Alger le 16.03.2005, laquelle aurait mis au jour, la constitution de la société en 2002 par l’accusé avec la collaboration de trois associés, avec un capital déclaré de l’ordre 1.500.000,00 DA . Seulement, juste après sa constitution juridique, et pour des raisons inconnues, les trois associés se sont retirés. Devant cette situation, l’accusé principal, aurait tout simplement transférée le siège de l’entreprise, de Dar-Beida à la zone d’activité industrielle de Rouiba, sans l’aval de la banque, du fait que l’assiette devant servir à la société est hypothéquée auprès de la dite banque. Cette procédure illégale a été accomplie grâce à la complicité de l’ex président directeur général de la banque, qui lui aurait accordé des sommes faramineuses sans passer par l’agence de compétente, comme le stipule la réglementation en vigueur. Le dossier de prêt aurait été déposé directement à la direction générale en date du 07.04.2007, pour le voir approuvé par ce directeur général « B.F ».et prendre la direction de l’agence bancaire, pour que toutes les facilités lui soient accordées. Par ailleurs, l’on apprend, que ancien directeur général, aurait présidée une réunion de la commission d’octroi de prêts au niveau de l’hôtel Sofitel, au cours de laquelle, il aurait donné son feu vert pour le virement d’un prêt de 39 milliards, où l’agence bancaire de Birkhadem, aurait exécutée l’autorisation de virement au profit de A.A, sans aucune garantie, comme il aurait bénéficié de, plusieurs échéances sans aucune assurance. Toutes ces procédures illégales, ont été exécutées par l’ensemble des directeurs qui se sont succédés à la tête de cette agence, à savoir, B.H, M.L, OS.M. L’enquête, aurait révélé, par la suite, que l’accusé principal, aurait détourné des sommes très importantes en les transférant à l’étranger, notamment en Espagne, par l’intermédiaire d’une société écran, crée de toutes pièces par ses soins, qui achetait des équipements et produits et les revendaient à sa société, jouant ainsi le rôle de l’intermédiaire entre celle-ci et les fournisseurs étrangers. Selon les déclarations des personnes impliquées, leur responsabilité serait démontrée clairement. La société écran, selon les experts, a été crée uniquement dans le but de faire transférer illégalement des fonds vers l’étranger, appartenant à la banque. Nous avons appris par ailleurs, que la direction générale de la banque agricole et développement rural, ainsi que l’administration des douanes se sont constituées partie civile dans cette affaire.


. .
Samedi 6 Juin 2009 - 22:13
Lu 1790 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+