REFLEXION

L’ETAT FRANÇAIS NEGOCIE ET SAUVE QUATRE TERRORISTES : La France nouvel allié d’El Quaïda au Maghreb

Nicolas Sarkozy a félicité par téléphone son homologue malien pour la bonne gestion de la soit disant crise et l’a assuré du soutien de la France dans la lutte contre le terrorisme. Comment ? Peut-être en lui fournissant de l’argent pour payer les rançons à El-Qaïda.



L’ETAT FRANÇAIS NEGOCIE ET SAUVE QUATRE TERRORISTES : La France nouvel allié d’El Quaïda au Maghreb
La France de Sarkozy emploie les méthodes Staliniennes en imposant le chantage politique à certaines de leurs anciennes colonies. Le Mali en a payé les frais cette semaine. Sarkozy s’en réjouit et Kouchner ne cache pas sa joie. Bernard Kouchner et consorts sous le commandement de Nicolas Sarkozy, ont fait pression sur le Mali pour libérer quatre terroristes du GSPC-AQMI, détenus depuis plusieurs mois dans les prisons maliennes. Bravo, un bon coup pour les groupes terroristes et un précédent qui rendra certainement le discours occidental alarmiste dérisoire, sur la zone du Sahel. Le Mali pour sa part vient de commettre une très grave erreur politique qui ne va pas sans remettre en cause les relations sécuritaires avec ses voisins notamment l’Algérie. L’Algérie ne pourra pas soutenir un allié dans la lutte contre le terrorisme alors que celui-ci, œuvre dans le sens contraire en se couchant devant une ancienne puissance coloniale. Dans cette affaire, le Mali est certes le protagoniste officiel, mais il n’est pas seul. Tout le monde sait que le gouvernement malien a décidé d’élargir les quatre terroristes sous la pression des autorités françaises au détriment de ses partenaires de la zone du Sahel. Le Mali sous influence française, carrément plaqué ses engagements. La coopération sécuritaire régionale voire internationale vient de prendre un sérieux coup. La révision de la coopération antiterroriste s’impose d’elle-même maintenant, étant donné que le climat de confiance qui régnait n’existe plus, complètement laminé par l’ingérence française. L’Algérie a fermement condamné la libération des quatre terroristes, d’où le rappel de son ambassadeur pour consultations, la situation est grave à telle enseigne qu’elle va pousser les autorités algériennes à réviser leur stratégie dans cette zone, voire remettre en cause le soutien et l’aide matérielle apportés au Mali qui a failli à ses engagements régionaux au détriment de l’argent. Le discours malien a changé en l’espace de quelques heures. Il n’y a pas plus tard que lundi dernier, le porte parole du gouvernement malien, réfutait toute option qui consisterait à élargir les quatre terroristes – « Ce serait contraire au principe même de notre volonté à mener la lutte contre le terrorisme » (ndlr)-. Les gagnants dans l’affaire, sont les deux partenaires qui ont su mettre de la pression, chacun à sa manière, sur Le Mali que sont la France et El-Qaïda. Les deux jubilent, c’est la lune de miel, un partenariat d’un nouveau genre. Une belle réussite, il faut le reconnaître. Mais que reste t-il donc des principes de bon voisinage, de coordination pour la sécurité des frontières, après cette trahison et cette attitude inamicale et condamnable à plus d’un titre. Le pire dans l’histoire, le Mali a non seulement couché devant les exigences de la France, mais n’avait pas pris en considération la demande algérienne d’extradition des deux terroristes algériens poursuivis par la justice, formulée en septembre 2009 et réitérée en février 2010, en faisant fi de la convention bilatérale de coopération judiciaire entre les deux pays. La décision du gouvernement malien a tout simplement violé les résolutions contraignantes du Conseil de sécurité des nations Unies et les engagements bilatéraux, régionaux de lutte contre le terrorisme. La France y est pour beaucoup, mais cette manière de faire n’honore ni le ce pays ni son peuple. Ce qui est certain aujourd’hui, c’est qu’un pays comme la France, peut négocier avec le diable pour des choses insignifiantes. Pour l’opinion publique internationale, ce n’est que tricherie, bassesse, lâcheté et mensonges d’Etat. La France vient d’investir le club restreint « El-Qaïda-Europe », après l’Espagne qui négocie à coup de milliards de dollars la libération de ses otages.

Amara Mohamed
Mercredi 24 Février 2010 - 23:01
Lu 451 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+